, , ,

Bénin: la Cstb dénonce un complot de Chadaré et Amoussou

C’est la lune de fiel entre les trois organisations syndicales représentatives des travailleurs au Bénin. La Cstb (Confédération syndicale des travailleurs du Bénin), accuse la Cosi Bénin et la CSA Bénin de violer la loi sur la représentativité des travailleurs dans la gestion de la Bourse du travail et des fonds alloués par l’Etat aux travailleurs. A la faveur d’un point de presse organisé le 14 juin dernier, la Cstb explique que la première Assemblée Générale du Comité de Gestion des Fonds des Organisations syndicales représentatives (COGEFOS) devrait se tenir le jeudi 10 juin après les dernières élections professionnelles nationales qui ont consacré la CSTB, la CSA Bénin et le Cosi-Bénin comme centrales et confédérations Syndicales représentatives chargées désormais de gérer la bourse du travail et les fonds alloués par l’Etat aux organisations syndicales des travailleurs. 

Cette Ag devrait se tenir conformément au décret portant différentes formes d’organisations syndicales des travailleurs et critères de leur représentativité au Bénin. Un décret qui prévoit que les centrales et confédérations syndicales représentatives se répartissent les sièges des fora de représentation, proportionnellement aux résultats des élections professionnelles nationale, départementale, municipale ou communale et au nombre de places disponibles dans le secteur considéré. Un décret que n’ont pas voulu respecter Anselme Amoussou et Noël Chadaré.

Publicité

Aucune confédération syndicale n’est plus représentative que l’autre

Ils refusent que la Cstb soit majoritaire dans les différents organes du COGEFOS et qu’elle en assume aussi la présidence pour ce mandat alors qu’elle est arrivée première des dernières élections professionnelles. Pour ces deux secrétaires généraux, aucune confédération syndicale n’est plus représentative que l’autre. La Cstb accuse la Cosi Bénin et la CSA bénin d’être de mèche pour l’écarter  de la présidence du COGEFOS en violation de la loi sur la représentativité des travailleurs.

Elle informe qu’elle a en vain chercher à ramener à la raison les deux leaders syndicaux. « Après l’échec de toutes tentatives par le SG CSTB pour faire respecter la loi sur la représentativité des travailleurs, même en recourant à des suspensions de l’AG pour des concertations entre les  03 SG en vue d’aboutir à un consensus, la CSTB s’est vue obligée de se retirer de la salle pour prendre les travailleurs à témoins et leur montrer comment Noël Chadaré et Anselme Amoussou remettent en cause leur choix de désignation de la CSTB pour les représenter pour la défense de leurs intérêts matériels et moraux » informe la Centrale syndicale au cours de son point de presse.

« Un bureau fantoche »

Elle dit ne pas reconnaître les membres du bureau du COGEFOS, désignés après son départ. En effet, malgré l’absence de la CSTB, la COSI-Bénin et la CSA-Bénin ont continué l’Ag qui a abouti à la désignation de Noël Chadaré comme président du COGEFOS et Anselme Amoussou comme trésorier. Pour la CSTB, « la tenue de cette AG et la mise sur pied de ce bureau fantoche sont nulles et de nul effet ». Elle demande aux travailleurs de « se lever pour rejeter ce bureau de comploteurs et exiger que leurs dignes représentants occupent leurs places ».

3 réponses

  1. Avatar de (@_@)
    (@_@)

    C’est bientôt la fin de la représentation des travailleurs, le dernier bastion de représentativité des béninois.

    Si les syndicats persistent dans cette guerre stupide, je peux vous déjà vous dire qui sera le gagnant et qui seront les perdants.
    Relisez donc la fable « les voleurs et l’âne » de La FONTAINE.
    « Tandis que coups de poing trottaient,
    …Arrive un troisième larron… »
    \\\\ ///
    (@_@)

    1. Avatar de Guèdjè
      Guèdjè

      Et c’est qui le troisième larron s’il vous plait?
      Vous portez vos belles couilles non?

  2. Avatar de Kunta Kinte
    Kunta Kinte

    Nous sommes dans un pays où les gens font la politique en tout, même au foyer. C’est la cupidité des syndicats qui a aggravé la précarité dans le monde des travailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité