Karim Ouali, un criminel recherché en France retrouvé sur un site de rencontres

Karim Ouali, l’un des criminels les plus recherchés d’Europe, qui a tué son collègue à la hache dans une affaire de meurtre choquante en 2011 est toujours en fuite. D’après une information des autorités françaises l’année dernière, il était en fuite à Hong Kong. La police française avait indiqué qu’elle était « sûre à 99% » que Karim Ouali, 45 ans, commettrait « une autre infraction pénale horrible ». « C’est un danger pour tous ceux qu’il croise », a déclaré à Sky News Jacques Croly, le chef de l’équipe française d’arrestation et de recherche des fugitifs en décembre dernier. 

On ne sait pas quand Ouali aurait pu se rendre à Hong Kong. Mais selon Sky News, il a été brièvement emprisonné dans la ville en 2014 lorsque les autorités ont appris qu’il était entré illégalement dans la ville avec un faux passeport. Ce n’est toutefois qu’en 2018, que la police française a reçu des informations anonymes selon lesquelles Ouali se trouvait à Hong Kong. Il aurait été à Macao avant d’arriver à Hong Kong. Avant cela, la police croyait qu’il se trouvait en Suisse, où il a pu s’enfuir après avoir prétendument changé le O de son nom de famille en Q sur son passeport.

Publicité

Il n’y a « aucune autre preuve qu’il ait quitté Hong Kong »

Il n’y a « aucune autre preuve qu’il ait quitté Hong Kong », déclarait la police française à Sky News. Selon la liste des fugitifs les plus recherchés de l’UE, Ouali travaillait comme contrôleur aérien à l’EuroAirport Bâle-Mulhouse-Fribourg, un aéroport situé à la frontière de la France, de l’Allemagne et de la Suisse, lorsqu’il a assassiné son collègue. « Il souffrait de manie de persécution et était dans un état psychotique », indique une description dans la liste de l’UE. « Nous serions dévastés si un jour nous entendions qu’il était impliqué dans un autre crime. Nous ne serions pas en mesure de nous pardonner », avait déclaré un porte-parole de la police.

Le 15 février 2021, les policiers de la Brigade nationale de recherches des fugitifs (BNRF) l’ont reconnu à travers une photo récente sur un site de rencontres de Hongkong, Loveawake.com. « Malgré les lunettes de vue et la casquette portées par l’homme se faisant appeler Shemen, tous les acteurs du dossier sont formels : il s’agit bien de Karim Ouali », a indiqué Le Parisien qui a précisé qu’il vit à Aberdeen, un port de Hongkong selon les informations fournies par lui-même.

« C’est une réelle frustration »

Selon de nouvelles informations rapportées par Le Parisien, les autorités de Hongkong ont signalé le 14 mars dernier à l’officier de liaison en poste à l’ambassade de France ne pouvoir mener aucune investigation sur l’homme le plus recherché. « On pense désormais l’avoir localisé à nouveau et on ne peut que déplorer qu’un homme suspecté d’un assassinat puisse vivre tranquillement sans être inquiété par la justice. C’est une réelle frustration », a déploré Edwige Roux-Morizot, procureure de la République de Mulhouse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *