,

Massacre au Burkina : l’armée venge la population dans une première offensive

Selon un communiqué du 14 juin 2021, l’état-major des armées du Burkina Faso a annoncé l’arrestation d’une « dizaine de terroristes » à l’issue d’une vaste opération de sécurisation et de ratissage après le massacre d’au moins 132 personnes dans le village de Solhan.

Neutralisation des «combattants terroristes»

Ce déploiement de l’armée burkinabè dans les environs de Solhan, a permis aux équipes spécialisées du génie militaire de détruire plusieurs plots logistiques appartenant aux rebelles, de saisir d’importants matériels roulants (véhicules et motos) et de mettre hors d’état de nuire un engin explosif découvert sur les lieux et de neutraliser une dizaine de terroristes. Selon l’armée, cette offensive, suite au massacre des 4 et 5 juin 2021, ayant fait au moins 132 morts, consiste à boucler des zones suspectes, à effectuer des opérations de reconnaissance offensives et de fouilles pour neutraliser les terroristes responsables des attaques.

Publicité

Poursuite des opérations de sécurisation

Le communiqué précise que «des opérations de ratissage sont toujours en cours», pour sécuriser toutes les villes où de nombreuses prises d’otages ont eu lieu ces dernières années au Burkina Faso, confronté depuis 2015 à des attaques jihadistes de plus en plus fréquentes et meurtrières en dépit du renforcement des armées locales et de la présence de militaires français. Selon l’ONU, les attaques jihadistes au Burkina, au Niger et au Mali ont fait 4.000 morts en 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *