Trump : des policiers portent plainte contre lui pour l’émeute du Capitole

Des officiers de la police du Capitole des États-Unis qui ont été attaqués lors de l’émeute du 06 janvier ont déposé une plainte jeudi contre l’ancien président Donald Trump, ses alliés et des membres de groupes d’extrême droite. Ils les accusent d’avoir intentionnellement envoyé une foule violente pour perturber la certification par le Congrès de l’élection de Joe Biden. Le procès devant le tribunal fédéral de Washington allègue que Trump « a travaillé avec des suprémacistes blancs, des groupes extrémistes violents et des partisans de la campagne pour violer la loi sur le Ku Klux Klan et commettre des actes de terrorisme domestique dans un effort illégal pour rester au pouvoir ».

La plainte a été déposée au nom des sept officiers par le Comité des avocats pour les droits civils en vertu de la loi. Ils citent l’ancien président, la campagne Trump, l’allié de Trump, Roger Stone et des membres des groupes extrémistes Proud Boys et Oath Keepers qui étaient présents au Capitole et à Washington le 6 janvier. Deux autres affaires similaires ont été déposées ces derniers mois par des membres démocrates du Congrès. 

Publicité

Une enquête de Chambre

Les poursuites allèguent que les actions de Trump et de ses alliés ont conduit au siège violent du Capitole qui a blessé des dizaines de policiers, interrompu la certification de la victoire électorale du démocrate Joe Biden. Ils allèguent également que les émeutiers ont envoyé des législateurs courir pour se sauver alors qu’ils faisaient irruption dans le siège de la démocratie américaine brandissant des bâtons et d’autres armes.

Un comité de la Chambre a commencé sérieusement à enquêter sur ce qui s’est passé ce jour-là, envoyant mercredi des demandes de documents auprès des services de renseignement, des forces de l’ordre et d’autres agences gouvernementales. Leur plus grande demande à ce jour a été adressée aux Archives nationales pour obtenir des informations sur Trump et son ancienne équipe.

Le privilège exécutif sera défendu

Trump a accusé le comité d’avoir violé les « principes juridiques de longue date du privilège », mais son équipe n’a fait aucun commentaire immédiat sur le procès de jeudi. « Le privilège exécutif sera défendu, non seulement au nom de mon administration et des patriotes qui ont travaillé à mes côtés, mais au nom du bureau du président des États-Unis et de l’avenir de notre nation », avait déclaré Trump.

5 réponses

  1. Avatar de The Atlantean
    The Atlantean

    Non seulement que Donald Trump est trop agité comme décrit, il est trop toxic pour lui-même, pour les autres et tout ce qu’il touche.

  2. Avatar de Bananas
    Bananas

    Aujourd’hui le problème des occidentaux est que «  »trop de civilisation tue la civilisation » »……..

  3. Avatar de Bananas
    Bananas

    Le mieux c’est de donner conseils pour la bonne marche des choses et non critiqué pour détruire ou rabaisser………..ce sont des critiques non constructives

  4. Avatar de Bananas
    Bananas

    il est trop agité ce type………ce sont des tonneaux vident qui font du bruits

  5. Avatar de Bananas
    Bananas

    Si j’étais à la place de Tromp je serais calme dans mon coin et puis , c’est le monde qui viendra demandé conseil au près de moi comme à la BARACK OBAMA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *