Violences policières en France : quand la Russie s’en mêle

Face aux violences policières qui ont lieu sur le sol français, une organisation russe a décidé d’intervenir. Il s’agit en effet, d’une officine d’influence russe qui veut financer les médias ainsi que les associations travaillant sur le sujet de la violence policière en France. Une lettre signée par Ivan Karamazov et émanant de cette officine russe a été envoyée à ces derniers, indiquant qu’elle est disposée à les financer.

« Nous sommes préoccupés par l’augmentation de la violence »

Selon le média français Le Monde, elle a également fait savoir qu’elle a les moyens « juridiques et informationnelles » pouvant aider les victimes des violences policières dans l’hexagone. « Nous sommes préoccupés par l’augmentation de la violence et du racisme parmi les forces de l’ordre en France. (…) Nous sommes prêts à financer une compagne [sic] informationnelle sur le sujet de la violence policière » a-t-elle laissé voir dans la missive envoyée notamment à plusieurs associations dont Témoins-Caisse de solidarité et les collectifs Désarmons-les !. Par ailleurs, les signataires se disent appartenant à la Fondation pour combattre l’injustice, qui a été lancée par l’homme d’affaires russe Evgueni Prigojine. Au cours du mois de mars 2021, ce dernier avait manifesté son intention de créer une fondation « contre les répressions en occident ».

Publicité

L’ONU avait appelé à ne pas « violer les droits de l’homme de tout un groupe »

Notons que cette organisation n’est pas la première à épingler les violences policières en France. Au cours d’une conférence de presse le mercredi 09 décembre 2020, Michele Bachelet, la haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme avait appelé le pouvoir français à ne pas « violer les droits de l’homme de tout un groupe » dont plusieurs ont commis des actes répréhensibles. Concernant la loi sur la sécurité globale et les violences policières, elle avait invité les autorités du pays « à éviter de prendre des mesures qui résultent dans la stigmatisation de groupes entiers et nous les exhortons à prendre activement des mesures pour que des groupes ne soient pas stigmatisés ou ne voient pas leurs droits de l’homme violés parce que certains individus ont fait des choses qu’il ne fallait pas faire ».

Pour mémoire, plusieurs cas de violences policières ont eu lieu en France. Parmi ceux-ci, figure celles sur la chanteuse sud-africaine Petty yende. Il y a quelques mois, elle avait dit sur son compte Instagram avoir été victime de violences à son arrivée en France, dénonçant le traitement qu’elle avait subi de la part de certains policiers.

Une réponse

  1. Avatar de (@_@)
    (@_@)

    « officine…russe qui veut financer…le sujet de la violence policière en France » 🙂 🙂 Mdr ! Même eux ils ont dû être P.T. de rire quand ils ont lancé l’idée. Les russes contre les violences policières et le racisme
    \\\\ ///
    (@_@)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *