Menace militaire de Poutine : Berlin fait part de sa « grande préoccupation »

Le président russe Vladimir Poutine a multiplié ces derniers jours des menaces face aux activités de l’OTAN à ses frontières. Lors d’une réunion mardi avec les hauts gradés de l’armée russe, le président avait promis une réponse « militaire et technique » adéquate en cas de menaces occidentales au sujet de l’Ukraine. Au lendemain de cette nouvelle menace, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a fait part de sa « grande préoccupation »

Pour la plus haute diplomate allemande, sa « préoccupation est grande » car les menaces du président russe sont intervenues avant « des mouvements de troupe » à la frontière avec l’Ukraine. Pour la ministre, il s’agit d’une « grave crise » avec Moscou qui ne peut se régler qu’avec par le dialogue. La cheffe de la diplomatie allemande a insisté sur la nécessité d’un dialogue avec les autorités russes, en utilisant « chaque millimètre de ses moyens d’agir ».

Publicité

« Nous devons parler ensemble »

 « Même si des propositions ont été faites qui ne constituent pas notre base de négociation, nous devons parler ensemble », a insisté la ministre lors d’une conférence de presse mercredi. Mme Baerbock a estimé qu’il est « important que nous retournions à la table des négociations » avec la partie russe.  Il faut également utiliser « la possibilité offerte dans le cadre du conseil Otan-Russie » de « parler ensemble et de contribuer à ce que nous puissions empêcher une nouvelle escalade », a-t-elle ajouté.

Moscou très préoccupé

Le président russe Vladimir Poutine a exprimé lors de la réunion élargie du conseil d’administration du ministère de la Défense mardi, la grande préoccupation de Moscou concernant le déploiement des systèmes américains de missiles anti-balistiques (ABM) près des frontières russes, y compris leur emplacement possible en Ukraine. « Nous sommes très préoccupés par le déploiement des systèmes ABM américains près des [frontières] russes », a déclaré Poutine.

Le chef de l’Etat avait rappelé les pourparlers entre Moscou et Washington sur les garanties de sécurité, notant que c’est le président américain Joe Biden qui a avancé l’idée de nommer des émissaires chargés de ce dialogue. « J’ai donc proposé au président américain de lancer des négociations sur l’élaboration d’accords spécifiques. En fait, il [Biden] au cours de la conversation a suggéré de nommer des responsables dans cette direction », a révélé Poutine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *