Meta (ex-Facebook) pourrait être obligée de vendre WhatsApp et Instagram

Le géant américain des réseaux sociaux Meta (Facebook) est en pleine tourmente. En effet, la firme de Mark Zuckerberg est confrontée à une offensive judiciaire aux Etats-Unis. La société est actuellement poursuivie pour abus concernant des pratiques anti-concurrentielles. Il s’agit d’une plainte fédérale exigeant le démantèlement de Facebook et qui a été validée par la justice. Cette affaire pourrait entraîner le démantèlement de la compagnie mais aussi la revente de ses autres plateformes Instagram et WhatsApp.

Meta accusée d’avoir abusé de sa position dominante

En Europe aussi, Meta fait face à une nouvelle plainte qui pourrait lui coûter plusieurs milliards d’Euros. Celle-ci a été déposée par l’experte juridique Lovdahl Gormsen contre la compagnie au Royaume-Uni.  Selon la plainte, Meta est accusée de n’avoir pas respecté le droit de la concurrence britannique et d’avoir par conséquent abusé de sa position dominante sur le marché des réseaux sociaux. Si l’action est approuvée par la justice, la firme se trouvera dans l’obligation de verser 2,8 milliards de dollars de dommages et intérêts aux 44 millions d’utilisateurs du Royaume-Uni. D’après les informations du média Techcruch, il s’agit d’une compensation pour toutes les données d’utilisateurs que la société a exploitées de 2015 à 2019.

Publicité

Dans une interview accordée à un média français, la plaignante a confié que Facebook a « abusé de sa position dominante sur le marché pour imposer des conditions inéquitables aux Britanniques ordinaires, ce qui lui a permis d’exploiter leurs données personnelles. Je lance cette affaire pour obtenir des milliards de livres de dommages et intérêts pour les 44 millions de Britanniques dont les données ont été exploitées par Facebook ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *