Cancer de la prostate : 5 bactéries pourraient avoir un lien

Des recherches en matière du cancer de la prostate ont permis de découvrir certaines bactéries. En effet, afin de mieux connaître la maladie, les scientifiques de l’Université d’Est-Anglie, en Angleterre, ont analysé l’urine de personnes malades pour rechercher des biomarqueurs, qui la caractérisent de manière spécifique. C’est grâce à cette approche qu’ils ont découvert la présence de bactéries chez des personnes atteintes de cancer agressif. Ces dernières sont le Fusobacterium, le Fenollaria, le Porphyromonas, le Peptoniphilus et l’Anaerococcus. Par ailleurs, les résultats de l’étude ont été publiés dans le European Urology Oncology.

Un risque de développer un cancer de la prostate 2,6 fois plus que les autres

Pour réaliser cette étude, l’équipe de chercheurs a analysé l’urine de 600 hommes, comprenant des personnes atteintes du cancer de la prostate et des personnes saines. Cependant, ils ont découvert ces bactéries ayant un lien avec la progression rapide de la maladie. Ceux qui avaient au moins une de celles-ci dans leur urine présentaient le risque de développer un cancer de la prostate 2,6 fois plus que les autres. Cependant, les chercheurs ne sont pas encore parvenus à déterminer si la présence des bactéries était à la base de l’apparition du cancer.

Publicité

Un lien entre la calvitie et le cancer de la prostate

Dans ce sens, les scientifiques estiment qu’elles pourraient avoir un impact sur les hormones responsables de l’évolution de tumeurs agressives. Notons qu’il s’agit d’une importante découverte dans les recherches concernant le cancer de la prostate. En effet, cette étude nourrit l’espoir de trouver de nouvelles thérapies permettant de lutter contre le développement de la maladie. Pour rappel, l’étude intervient plusieurs années après qu’une autre étude américaine ait ciblé des facteurs de risques concernant le cancer de la prostate. En effet, elle avait indiqué que la calvitie ainsi qu’un début de tonsure peuvent être des signes annonciateurs d’un cancer de la prostate agressif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *