, , ,

Bénin: FCBE, la saignée qui précède la mort

Que reste-t-il aujourd’hui des Forces Cauris pour un Bénin Emergent(FCBE) ? Au fur et à mesure qu’on s’approche des élections législatives, le parti connaît une saignée inédite. Au sein des militants comme chez les responsables, la fibre militante a déserté le forum et les craintes de voir l’ancien parti de Boni Yayi disparaître gagnent les esprits. Les prochaines élections législatives de janvier 2023 sont les plus attendues depuis 1990 que le Bénin a choisi de s’engager dans une ère démocratique.

Elles vont consacrer une recomposition de la classe politique. En effet, si on peut parier sans trop de risque que les deux partis de la majorité présidentielle- aujourd’hui se livrant à des escarmouches frontales- feront tout pour conserver à deux la majorité parlementaire, on serait plus circonspect en pariant sur l’architecture politique de la nouvelle mandature de l’Assemblée Nationale. Sur la dizaine de partis qui s’agitent actuellement sur le terrain, il est difficile de dire lesquels parmi eux arriveront à tirer leurs épingles du jeu. Tant la grande saison de la transhumance politique inaugurée depuis quelques mois déjà n’épargne personne et ne permet à personne de bomber le torse sur le sort que lui réserveront ces élections. Mais dans ce concert de confusion et d’incertitude, le sort particulier des FCBE apparaît plus préoccupant que les autres. En plus des soucis des autres partis, ce parti a lui d’autres maladies particulières. La première c’est d’abord son identité politique qu’il doit réinventer.

Publicité

Mi figue, mi raisin

Le premier challenge de ce parti apparaît comme celui de la réinvention de son identité. Dans la tête de maints Béninois, les FCBE sont un parti hybride : mi mouvancier, mi opposant. Beaucoup pensent qu’ils jouent à l’opposant alors qu’ils ne le sont pas vraiment. Leur positionnement politique ne paraît pas très lisible bien que le parti s’est déclaré de l’opposition.  Au sein même des … Lire la suite dans le journal PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité