,

Sénégal : le journaliste d’investigation Pape Alé Niang arrêté par la police

L’affaire adji sarr Ousmane sonko continue d’occasionner des dégâts collatéraux. Cette fois c’est le journaliste Pape Alé Niang qui vient d’être arrêté et entendu au commissariat central de Dakar. Il est poursuivi pour détention d’un rapport d’enquête de la gendarmerie. Le feuilleton politico judiciaire né de l’affaire adji sarr Ousmane Sonko n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

Et à chaque jour son lot de problèmes. Cette fois si c’est le journaliste investigateur pape Alé Niang qui a été arrêté en ce début d’après midi. Le journaliste en question qui prend fait et cause pour le leader du parti Pastef a été interpellé par les éléments du commissariat central de Dakar.  Les autorités sénégalaises l’accusent de détenir un rapport d’enquête de la gendarmerie. En clair, il est accusé de soustraction frauduleuse d’un document confidentiel. Il se trouve présentement dans les locaux du commissariat central de Dakar pour les besoins de l’enquête. En effet, ces derniers temps avec les derniers développement de l’affaire ousmane sonko, pape alé a , à plusieurs reprises brandit des documents  d’enquête démontrant la thèse du complot ourdi par des responsables du pouvoir contre ousmane sonko. Le journaliste avait dans un de ses live accusé l’actuel Commandant de la gendarmerie le général Moussa Fall d’enrichissement illicite et qu’il serait propriétaire d’un immeuble en construction au cœur de la capitale de plus d’une dizaine d’étages.

Publicité

Un bien qu’il ne peut acquérir rien qu’avec son salaire. L’affaire avait fait grand bruit au sein de la grande muette aujourd’hui sous le feu des projecteurs. Une arrestation qui fait suite à une dizaine de jeunes interpellés hier par la police pour participation à une manifestation non autorisée. Rappelons que ces jeunes du COLIPED voulaient tenir cette marche pour exiger la libération des détenus politiques du régime en place interdite par le préfet de Dakar en évoquant le trouble à l’ordre public.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *