Pour les talibans, les filles n’ont pas besoin de sport

Voilà plus d’un an maintenant que les talibans sont à la tête de l’Afghanistan. Le groupe d’obédience islamique a mis en place un certain nombre de règles afin de respecter scrupuleusement la charia. Plusieurs de ces mesures restreignent les droits de la gent féminine. Après avoir pris Kaboul, les talibans ont durci les conditions d’accès à l’université aux jeunes filles.

Ces dernières n’avaient pas le droit d’étudier dans la même salle que les étudiants garçons et elles devaient être accompagnés par un membre masculin de leur famille pour accéder au temple du savoir. Quelques mois plus tard, les talibans sont passés à la vitesse supérieure. En effet, tout récemment, le gouvernement des talibans a indiqué que les femmes n’auront plus le droit d’aller à l’Université.

Publicité

Cette annonce a eu l’effet d’un coup de massue pour de nombreuses jeunes étudiantes qui étaient prêtes à respecter toutes les consignes des talibans dans le but de pouvoir continuer leur cursus universitaire. Après l’éducation, les talibans vont interdirent aux femmes de pratiquer le sport. Pour les responsables afghans, le sport n’apporte rien à la femme.

De nombreuses jeunes femmes vont se retrouver dans une situation difficile, car nombreuses d’entre elles pratiquent le sport comme loisirs. Certaines d’entre elles sont même des références internationales dans des disciplines sportives. « L’islam et l’émirat islamique n’autorisent pas les femmes à jouer au cricket. Les filles n’ont pas besoin de sport » dira un responsable taliban au cours d’un entretien médiatique. Les talibans seront-ils prêts à faire certaines concessions ? Rien n’est sûr pour l’instant

Une réponse

  1. Avatar de (@_@)
    (@_@)

    Les femmes n’ont pas besoin de travailler, ni de s’instruire.
    Quant à faire du sport, quelle idée franchement !

    D’ailleurs ont-elles même besoin de manger ?

    Hey ! Tous ceux qui se réjouissaient que les USA quittent l’Afghanistan, vous comprenez pourquoi le monde même s’il va mal, dégénère moins avec un gendarme dont le système produit lui même ses anticorps contre les excès de ses dirigeants ?

    ça s’appelle la Démocratie et en dehors de l’Occident,
    je ne vois pas d’autre camp qui propose un moins mauvais système qui évite de se retrouver :
    – au goulag,
    – en camp de travail ouighour ou
    – décapité devant une caméra vidéo,

    au bon vouloir de ceux qui tiennent les manettes.

    \\\\ ///
    (@_@)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *