Martinez Zogo: Reporters sans frontières évoque un crime d’état et fait des révélations

Des informations obtenues par Reporters sans frontières (RSF) révèlent que plusieurs membres des services de renseignement camerounais ont été arrêtés en lien avec l’assassinat du journaliste Martinez Zogo. Un suspect a même affirmé que le garde des Sceaux aurait donné l’ordre de l’assassinat. Les arrestations ont eu lieu dans une période de guerre de succession et de possible déstabilisation du régime actuel. Le patron du service de contre-espionnage a lui-même été arrêté, mais a nié tout savoir sur le projet visant à réduire au silence le journaliste. Cependant, son adjoint a Justin Danwe, fait des aveux accablants décrivant en détail le plan macabre visant à faire taire le journaliste, et a affirmé avoir prévenu son supérieur.

«Dans des aveux rédigés de sa propre main au cours de son interrogatoire, que RSF a pu consulter, celui qui apparaît comme le chef du commando livre un un récit détaillé du plan macabre mis en place pour faire taire le journaliste. Il reconnaît sa propre implication et assure avoir prévenu son supérieur. Un récit accablant qui démontre que l’homicide relève du crime d’État» rapporte RSF.

Publicité

L’enquête est dirigée par une commission mixte de gendarmes et de policiers sur instruction du président de la République. Les informations disponibles suggèrent que d’autres personnalités importantes pourraient également être impliquées dans l’affaire. L’enquête continue, et il est encore trop tôt pour savoir où elle mènera. Cependant, ces arrestations marquent une avancée significative dans l’enquête sur l’assassinat brutal du journaliste Martinez Zogo. Lire ici le rapport complet de Reporters sans frontières

2 réponses

  1. Avatar de Tchité
    Tchité

    « Dead men don’t talk ». Triste de voir combien de sangs innocents coulent sous les dictactures du monde entier. Mais il y a un Dieu qui rendra à chacun selon son dû.

  2. Avatar de The Atlantean
    The Atlantean

    Quand le gouvernement mène des représailles contre les sujets qu’il devrait protéger, ce gouvernement est un état policier qui fait taire ses critiques en éliminant ceux/celles qui sont devenus la voix des sans-voix. C’est une honte de voir aujourd’hui des soit-disants présidents à vie qui continuent d’avoir des mains souillées du sang de leurs frères et soeurs, tout cela au nom de politiques qui ne bénéficient que le colon.et le porteur de son mask.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *