ChatGPT : Des risques de déshumanisation existent selon un ministre français

Le ministre délégué au Numérique Jean-Noël Barrot a profité de son intervention ce lundi 20 février sur FranceInfo pour se prononcer sur le robot ChatGPT. Pour l’officiel français, il est hors de question que la France passe à côté de cette nouvelle vague de l’intelligence artificielle. Aussi, a-t-il annoncé «la formation de 400.000 experts du numérique d’ici 2030» pour son pays. Pour lui, les entreprises du numérique doivent pouvoir « recruter dans les meilleures conditions ». Il n’a tout de même pas manqué de donner son avis sur les risques que représente l’Intelligence Artificielle pour la société.

« Risques de discrimination »

Le ministre délégué au Numérique Jean-Noël Barrot a, à cet effet, insisté sur « des risques de discrimination, de manipulation et de déshumanisation » sur lesquels il faudra agir. Dans ce cadre, la France aurait eu comme initiative, de porter vers l’Union Européenne un règlement dont l’adoption permettrait d’obliger les concepteurs à signaler toute dérive vers une discrimination. Pour lui, le concepteur du robot ChatGPT aurait « mieux fait d’attendre d’avoir des filtres» permettant de déceler l’utilisation de son logiciel «avant de le publier». Ceci n’empêche tout de même pas qu’il revienne sur l’utilité actuelle de cet outil. Il estime qu’« à ce stade, ChatGPT n’est qu’un perroquet approximatif qui restitue parfois un peu maladroitement les sommes astronomiques d’informations qu’il a compilées sur Internet ». « Demandez-lui qui a gagné la dernière Coupe du monde de football et vous ne serez pas déçus, parce qu’il vous répondra la France », a-t-il ajouté.

Publicité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité