La Corée du Nord enchaîne les tirs de missiles

Le climat de tension entre la Corée du Nord d’une part, les États-Unis et la Corée du Sud d’autre part, semble s’aggraver. Ce lundi matin, Pyongyang a lancé un missile balistique non identifié vers la mer de l’Est, un jour après que les deux pays alliés ont mené des exercices aériens conjoints après un premier tir de missile balistique intercontinental (ICBM) nord-coréen la veille. Bien que les détails n’aient pas été fournis, l’armée sud-coréenne a confirmé le dernier tir.

La Corée du Nord, qui estime que les exercices militaires menés par Washington et Séoul sont une menace pour sa sécurité nationale, a réagi en décidant d’étendre et d’intensifier ses tirs pour se préparer à une guerre éventuelle. Lors d’une réunion sous la direction de Kim Jong-Un, le leader nord-coréen, l’armée nord-coréenne a décidé d’élargir et d’intensifier constamment les opérations et les exercices de combat de l’Armée populaire coréenne afin de perfectionner la préparation à la guerre.

Publicité

Le contexte est d’autant plus préoccupant que la Corée du Nord a tiré un missile balistique ce samedi, qui serait tombé dans la zone économique exclusive du Japon, à l’ouest d’Hokkaido. Le premier ministre japonais, Fumio Kishida, a averti que la situation était très grave et que la communauté internationale devait rester vigilante face à ces provocations. La Corée du Nord avait auparavant averti qu’elle apporterait une réponse « sans précédent, persistante et vigoureuse » si les exercices conjoints de la Corée du Sud et des États-Unis avaient lieu, conformément à leurs plans.

La communauté internationale suit de près l’évolution de la situation dans la péninsule coréenne, craignant une escalade des tensions qui pourrait déboucher sur un conflit majeur. Les États-Unis ont récemment déployé des bombardiers B-1B et des sous-marins nucléaires dans la région en réponse aux provocations nord-coréennes, tandis que la Corée du Sud a renforcé sa défense antimissile. Les analystes estiment que la situation est extrêmement volatile et qu’une erreur de calcul pourrait déclencher une catastrophe régionale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *