Chine : Un fœtus retiré du cerveau d’une fillette d’un an

C’est un fait rare qui a eu lieu en Chine. Un fœtus a été retrouvé dans le cerveau d’une petite fille, d’un an, dont les parents craignaient qu’elle ne soit atteinte d’une malformation. L’information a été révélée dans la revue scientifique Neurology, qui indique qu’il s’agit du fœtus du jumeau de la fillette qui se trouvait dans sa tête. Dans les faits, les parents de l’enfant s’étaient rendus à une consultation à l’hôpital afin d’effectuer des examens, puisqu’ils étaient inquiets d’un éventuel retard moteur ainsi que d’une tête trop grande de la fillette.

Les variants mononucléotidiques sont similaires chez l’enfant et le fœtus

Après les examens, les médecins ont constaté qu’un fœtus s’était logé dans le cerveau de la fillette. Aussi, le séquençage génétique leur a-t-il permis de déterminer que les variants mononucléotidiques sont similaires chez l’enfant et le fœtus. Pour sauver la petite fille, les médecins ont procédé à une ablation chirurgicale, afin de retirer le fœtus. Notons que ce rare phénomène s’appelle le Fœtus dans un fœtus. Il se produit lors de la phase de blastocyste, entre cinq et sept jours après la fécondation. L’un des embryons ne s’est pas entièrement séparé de l’autre et a été enveloppé par celui-ci. En conséquence, il n’a pas pu se développer.

Publicité

Toutefois, dans ce cas, il a continué à vivre grâce au sang fourni par son jumeau. Pour rappel, ce n’est pas la première fois qu’un tel cas fait la une de la presse. L’année dernière, un bébé est venu au monde avec un fœtus jumeau dans son testicule gauche. Les faits avaient eu lieu aux États-Unis. Si tout s’était bien passé pour la mère de 24 ans, avant et après l’accouchement, un examen clinique avait laissé voir la présence d’une importante masse, au niveau de la bourse gauche. Les examens qui ont suivi ont notamment détecté des structures osseuses et intestinales. Une ablation avait été réalisée par des chirurgiens urologues de la faculté de médecine de l’Université du Tennessee.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *