Les superpouvoirs de la vitamine D: pourquoi vous ne devriez vraiment pas en manquer

La vitamine D, souvent désignée comme la « vitamine du soleil« , joue un rôle crucial dans le maintien de notre santé et la prévention de diverses maladies. Selon des études récentes, des niveaux insuffisants de vitamine D dans le sang augmentent le risque de mortalité due aux maladies cardiovasculaires, respiratoires et aux cancers. Toutefois, la portée de cette vitamine ne se limite pas à ces maladies. En effet, une carence en vitamine D a également été associée à des risques plus élevés de démence et de maladie d’Alzheimer, comme l’indique une étude internationale publiée dans la revue américaine Neurology.

Cette étude a analysé la teneur en vitamine D de 1658 Américains âgés et en bonne santé sur une période de six ans. Durant cette période, 171 cas de démence et 102 cas d’Alzheimer ont été découverts. Les résultats ont révélé que le risque de démence ou d’Alzheimer est plus élevé chez les individus présentant une carence en vitamine D. Statistiquement, un taux de vitamine D trop faible augmenterait de 53% le risque de démence, et ce risque serait multiplié par 2,25 en cas de graves carences. Pour la maladie d’Alzheimer, le risque augmenterait de 69% en cas de taux faible en vitamine D, et de 122% dans un cas de déficit extrême.

Publicité

Cependant, une nouvelle approche, la randomisation mendélienne, permet de mieux comprendre l’impact de la vitamine D sur notre santé. Cette méthode permet d’examiner l’influence de variants génétiques sur notre santé. En utilisant cette approche, des chercheurs australiens ont examiné 35 variants génétiques connus pour influencer les niveaux de vitamine D. Ils ont constaté une forte augmentation du risque de mortalité à des taux de vitamine D inférieurs à 50 nM.

Cancer et vitamine D

En outre, une étude réalisée au German Cancer Research Center a conclu que la prise quotidienne de vitamine D pourrait réduire la mortalité liée au cancer de 12%. Cette réduction est plus importante chez les personnes âgées de 70 ans et plus et chez celles qui commencent à prendre de la vitamine D avant le diagnostic de cancer.

Ces études soulignent l’importance d’un taux de vitamine D suffisant pour maintenir une bonne santé. Avec la diminution de l’exposition au soleil durant les mois d’automne et d’hiver, le risque de carence en vitamine D augmente considérablement. La Société canadienne du cancer recommande d’augmenter l’apport en vitamine D d’octobre à avril en prenant quotidiennement des suppléments contenant 1000 UI.

Publicité

Pour prévenir la carence en vitamine D, il est recommandé de consommer du poisson gras, des conserves de poissons à l’huile, le jaune d’œuf ou encore de s’exposer au soleil pendant au moins 15 minutes par jour en été. La vitamine D, qui est synthétisée par notre peau en réponse à l’exposition au soleil, est également présente dans certains aliments comme les poissons gras. Cependant, compte tenu de notre mode de vie moderne et des changements saisonniers, il peut être difficile d’obtenir suffisamment de vitamine D uniquement par l’exposition au soleil ou l’alimentation. C’est pourquoi la supplémentation en vitamine D est souvent recommandée, en particulier pendant les mois d’hiver pour les personnes vivant en occident.

La vitamine D joue un rôle crucial dans de nombreux processus physiologiques, y compris la défense immunitaire, et est produite naturellement par la peau exposée au soleil. Toutefois, malgré ses avantages, une consommation excessive peut entraîner une surcharge en calcium et des problèmes de santé. Il est donc recommandé de consulter un professionnel avant de commencer une supplémentation en vitamine D.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *