Europe: rouleau compresseur de l’Arabie Saoudite dans le domaine du sport

L’engagement récent de l’Arabie Saoudite dans le sport ne laisse personne indifférent. Derrière la splendeur des recrutements de stars comme Neymar, Benzema et Cristiano Ronaldo, se cache une stratégie bien huilée orchestrée par le prince héritier Mohammed ben Salmane, aussi connu sous le nom de MBS. Depuis son arrivée au pouvoir en 2015, le jeune leader a repensé la trajectoire du royaume, transformant notamment l’approche du pays en matière d’investissements sportifs.

Ces efforts ont néanmoins suscité de vives controverses. L’accusation de « sportswashing » plane sur le royaume, critiquant l’utilisation du sport comme outil de distraction des préoccupations liées aux droits de l’homme. Face à ces allégations, MBS a répondu avec audace, affirmant qu’il continuera d’investir dans le sport si cela peut augmenter le PIB de son pays.

Publicité

Un passage en force à venir

Cependant, la stratégie ne se limite pas à l’achat de talents sur le terrain. Selon The Telegraph, l’Arabie Saoudite vise maintenant l’acquisition d’arbitres de renom. Des officiels tels que Michael Oliver, figure emblématique de la Premier League, et Szymon Marciniak, arbitre reconnu à l’échelle mondiale, ont été approchés. C’est Manuel Navarro, ancien arbitre FIFA, qui orchestre cette initiative, avec pour objectif d’élever le niveau arbitral du championnat saoudien.

Outre le football, l’ambition sportive de l’Arabie Saoudite s’étend à d’autres disciplines. Le Fonds de richesse publique (PIF), sous l’égide de MBS, a investi dans des domaines aussi variés que le golf et la Formule 1. Notamment, le PIF détient une participation majoritaire dans le club anglais Newcastle United, ajoutant une autre dimension à l’influence sportive du royaume.

Des interrogations demeurent

Mais derrière ces investissements, la question de l’éthique demeure. Les critiques pointent du doigt les tentatives du royaume de masquer ses lacunes en matière de droits de l’homme derrière ces réussites sportives. L’Arabie Saoudite, bien que niant toute violation, reste sous le feu des projecteurs, où sport et diplomatie semblent inextricablement liés.

Publicité

À mesure que l’Arabie Saoudite continue de façonner l’avenir du football et d’autres sports, la communauté internationale reste divisée. Certains voient une nation cherchant à diversifier son image et son économie, tandis que d’autres y voient une stratégie calculée de diversion. Quoi qu’il en soit, le royaume est résolument sur la scène sportive mondiale, avec toutes les implications que cela comporte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *