,

Bénin : Tout savoir sur la transformation du Soja à la Gdiz

Alors qu’au Bénin, le sujet relatif à la commercialisation du Soja défraie la chronique, les responsables de la Zone industrielle de Glo-Djigbé ont fait le point de la transformation qui est faite au sein de la zone de cette matière première.

Au sein de la Zone Industrielle et Économique de Glo-Djigbé, la transformation du Soja permet de créer une multitude d’emplois. En effet, plusieurs centaines de Béninois sont employés à la Gdiz pour la transformation de cette matière première. Selon les confidences qui ont été faites par le directeur de la Société d’Investissement et de Promotion de l’Industrie du Bénin (Sipi Bénin), Letondji Béhéton plusieurs usines de transformation du soja ont été installées dans la première phase de 400 hectares de la GDIZ. Il s’agit en effet des usines qui sont exploitées par les entreprises telles que Bénin organics et Bénin agri.

Publicité

Ces structures transforment chaque année respectivement 60 000 tonnes et 150 000 tonnes de soja. Deux types de Soja sont particulièrement transformés au sein de la Gdiz. Il s’agit du Soja Bio et de celui conventionnel. Une troisième unité appartenant à NAP viendra en effet renforcer cette capacité de production avec 50 000 tonnes de transformation annuelle. Selon les prévisions qui ont été faites, la Gdiz sera en mesure de transformer 600 000 tonnes de Soja d’ici fin 2024. Ceci sera bientôt possible grâce aux différentes sociétés qui interviennent dans le secteur du Soja au sein de la Zone industrielle. Bénin Organics activité transforme par exemple le Soja en huile & tourteaux de soja bio alors que Bénin agri fait de l’huile & tourteaux de soja conventionnel.

Ces chiffres ont été dévoilés à la presse dans un contexte où une mesure du gouvernement sur le Soja défraie la chronique. À quelques semaines de la campagne, les mesures restrictives appliquées à la dernière sont désormais assouplies par un communiqué officiel publié ce 16 novembre. « Le commerce du soja grain est libre sur l’ensemble du territoire national. Ainsi, les opérations d’achat, de vente, de transport, les prix, les dates de démarrage et de fin des opérations, sont librement fixés par les acteurs », avait martelé le gouvernement dans son communiqué. Cette mesure avait suscité une série de réactions au sein de l’opinion publique.

3 réponses

  1. Avatar de OLLA OUMAR
    OLLA OUMAR

    L’homme aux gros yeux là , sur les taxis jaunes , pas de réponse du gouvernement sur questions des députés LD concernant leurs gestion 😡😡 ainsi que des milliards empruntés au nom du Benin 😡

  2. Avatar de (@_@)
    (@_@)

    Quelle est la proportion de soja béninois absorbée par ces usines ?

    Le prix payé aux agriculteurs est-il viable pour eux ?

    On n’a jamais eu de retour des questions au gouvernement sur GDiZ, par la commission parlementaire.

    Comment voulez-vous que l’opinion garde confiance dans ses institutions et juge de façon éclairée, sans presse qui suit les dossiers et l’informe clairement ?

    \\\\.///
    (@_@)

  3. Avatar de OLLA OUMAR
    OLLA OUMAR

    Encore un coup tordu conte les paysans qui se prépare contre nos paysans sojaculteurs ; on libéralise à cause de la grogne et du désintérêt des paysans pour la culture du coton , puis vlan on durcit la vente libre du soja pour alimenter ces usines qui appartiennent au clan mafieux aux affaires 😡😡😡😡

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *