Diabète de Type 2: voici l’activité physique à adopter pour mieux se porter

Le diabète est une maladie caractérisée par des niveaux élevés de sucre dans le sang, mais les différents types de diabète ont des causes et des caractéristiques distinctes. Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune où le système immunitaire attaque et détruit les cellules productrices d’insuline du pancréas, nécessitant une administration quotidienne d’insuline. En revanche, le diabète de type 2, lié souvent au mode de vie et à des facteurs génétiques, survient lorsque le corps ne produit pas suffisamment d’insuline ou ne l’utilise pas efficacement. Enfin, le diabète gestationnel se développe pendant la grossesse et disparaît généralement après l’accouchement, mais augmente le risque de diabète de type 2 ultérieurement. Ces différences affectent la manière dont chaque type de diabète est géré et traité.

Le diabète de type 2, une maladie chronique en pleine expansion, affecte la manière dont notre corps transforme les aliments en énergie. Dans ce type de diabète, le corps ne produit pas suffisamment d’insuline ou ne l’utilise pas correctement, entraînant une augmentation du taux de sucre dans le sang. Cette pathologie, souvent liée au mode de vie et à des facteurs génétiques, nécessite une gestion attentive à travers l’alimentation, la médication et, de manière cruciale, l’activité physique.

Publicité

La marche comme solution

La marche, une activité souvent sous-estimée, se révèle être un puissant allié dans la lutte contre le diabète de type 2. Des études ont montré que marcher quelques minutes après un repas, connu sous le nom de « marche digestive », contribue significativement à la baisse de la glycémie. Mais l’aspect le plus intrigant de ces recherches réside dans l’impact de la vitesse de marche sur la réduction des risques de diabète. Des travaux récents de l’Imperial College de Londres ont révélé que marcher à un rythme modéré, d’au moins 3 km/h, est nécessaire pour diminuer le risque de diabète de type 2, et que plus le rythme est rapide, plus les bénéfices s’accroissent.

Ces découvertes s’appuient sur l’analyse de plusieurs études menées au cours des dernières décennies, impliquant plus d’un demi-million de personnes à travers le monde. Les chercheurs ont établi que marcher entre 3 km/h et 5 km/h réduit le risque de diabète de 15 %, tandis que maintenir une allure entre 5 et 6 km/h le diminue de 24 %. Plus surprenant encore, une vitesse supérieure à 6 km/h peut réduire le risque de 39 %. Cette corrélation suggère que les individus qui marchent plus vite sont généralement en meilleure condition physique, possèdent une masse musculaire plus importante et jouissent d’une meilleure santé globale.

L’étude menée par l’Imperial College London, en collaboration avec des institutions internationales, a également mis en lumière le fait que la marche rapide, même pour de courtes durées quotidiennes, peut avoir un impact significatif. Une marche rapide de 20 minutes par jour est associée à une réduction d’environ 20% du risque de développer le diabète de type 2. Cette relation dose-réponse indique que plus une personne est active, plus le risque de développer le diabète diminue, sans qu’un plateau soit observé.

Les experts encouragent fortement la pratique

Dans ce contexte, les experts encouragent la pratique régulière de la marche, tout en adaptant le rythme à ses capacités personnelles. Neil Gibson, conseiller principal en activité physique chez Diabetes UK, souligne l’importance de poursuivre les recherches pour confirmer dans quelle mesure accélérer le rythme de marche peut renforcer les effets bénéfiques sur la prévention du diabète de type 2. Il rappelle également que la marche est une activité accessible à tous, pouvant facilement s’intégrer dans les routines quotidiennes, comme se rendre au travail ou faire les courses.

Publicité

Pour ceux qui luttent contre le diabète de type 2 ou cherchent à prévenir son apparition, adopter la marche comme activité physique régulière semble être une stratégie simple mais efficace. Avec des preuves scientifiques à l’appui, il devient clair que la vitesse et la régularité de la marche peuvent jouer un rôle crucial dans la gestion et la prévention de cette maladie chronique.

Une réponse

  1. Avatar de Che Guevara
    Che Guevara

    Quid de la nature et qualite des nourritures qui sont offertes aux pupolations?
    Nous assistons une tendance de taux eleve de sucre dans tous les aliments memes les plus insoupconnes..comme imaginer trouver du sucre dans le sel?

    En sus, l’industrie alimentaire continue de degrager la qualite nutritionnelle des aliments avec l’expansion des OGM et de l’utilisation tres repandue des pesticides.
    On serait amener meme a dire qu’une y a une conivence entre l’industrie alimentaire er celle pharmaceutique…
    L’une cree la maladie et l’autre se fait des sous pour la guerir ou la maintenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité