Acouphènes : on en sait un peu plus sur leur origine

Les acouphènes, ces bourdonnements ou sifflements perçus dans les oreilles, affectent de nombreuses personnes sans raison apparente. Récemment, une étude publiée dans la revue Scientific Reports apporte une nouvelle perspective, suggérant un lien entre la perte d’audition non détectée et une suractivité du cerveau. Cette suractivité pourrait être une tentative de compensation pour la perte auditive, entraînant la perception de ces bruits fantômes.

Stéphane Maison, audiologiste clinique à Boston et auteur principal de l’étude, compare ce phénomène à celui du syndrome du membre fantôme, où des sensations sont ressenties dans des membres qui ne sont plus présents. Cette analogie souligne la complexité des interactions entre le cerveau et la perception sensorielle, en particulier lorsque certains stimuli, tels que les sons, sont altérés ou absents.

Publicité

L’un des défis majeurs dans la compréhension des acouphènes réside dans le fait que de nombreuses personnes atteintes réussissent les tests auditifs standards. Ces tests, basés sur la détection de tons purs à différentes fréquences, ne révèlent pas les dommages subtils aux nerfs auditifs. L’étude a donc mis en œuvre une méthode de test plus approfondie, impliquant des électrodes pour mesurer l’activité du nerf auditif et du cerveau en réponse à des clics sonores. Les résultats ont montré une activité réduite dans le nerf auditif et une hyperactivité dans le tronc cérébral chez les participants souffrant d’acouphènes.

Cette découverte suggère que les acouphènes pourraient être le résultat de nerfs auditifs endommagés qui ne transmettent plus correctement les signaux au cerveau, entraînant une activité cérébrale anormale. Cette compréhension pourrait ouvrir la voie à de nouvelles méthodes de diagnostic et de traitement pour les acouphènes.

Laura Hermann, audiologiste non impliquée dans l’étude, trouve la comparaison avec le syndrome du membre fantôme particulièrement pertinente et suggère des méthodes alternatives comme l’électrocochléographie pour détecter la perte d’audition cachée liée aux acouphènes.

Publicité

En dépit de ces avancées, il n’existe pas encore de remède définitif pour les acouphènes. Néanmoins, la prévention demeure essentielle. Aniruddha Deshpande, expert en sciences de la parole et de l’audition, recommande des mesures de précaution comme éviter les expositions à des bruits forts et modérer le volume de la musique. Ces stratégies pourraient aider à prévenir l’apparition des acouphènes, offrant ainsi un certain degré de contrôle sur ce trouble auditif mystérieux et souvent perturbant.

2 réponses

  1. Avatar de Yust nice
    Yust nice

    Acouphènes depuis deux ans…
    Infernal et pense c du à carence vitamine.

  2. Avatar de Louahchi
    Louahchi

    C bien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *