,

Affaire Obssu au Bénin : Le dossier renvoyé en Janvier 2024, tous les détails

Le Dg Alexis Donald Acakpo et ses co-accusés poursuivis pour présumé détournement de derniers publics et blanchiment de capitaux à l’Office béninois du sport scolaire et universitaire (Obssu) vont devoir retourner en prison. Et pour cause, la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) vient de renvoyer le dossier au 15 janvier 2024.

Présentés ce lundi 18 décembre 2023 au parquet spécial près la Criet, Alexis Donald Acakpo et son comptable ont plaidé non coupable. Si le troisième prévenu a reconnu les accusations d’escroquerie mises à sa charge, il rejette néanmoins les faits de complicité de détournement de deniers publics et de blanchiment de capitaux.

Publicité

Le procès comptant pour ce dossier n’a duré qu’une dizaine de minutes. Il n’y a pas eu donc de débat pour cette première audience, ont rapporté plusieurs journaux. Dans la foulée, le parquet spécial de la Criet a demandé à la Cour de se déclarer incompétente et de renvoyer le dossier en instruction en raison des charges portées contre les prévenus. Cette demande du ministère public n’a pas reçu l’avis favorable du collège d’avocats qui s’est constitué pour défendre le Dg Alexis Donald Acakpo et ses co-accusés. « Nous souhaitons que les débats commencent », a laissé entendre Me Olga Anassidé, un des avocats. Elle sera appuyée par un autre avocat qui s’est opposé à la demande du ministère public. Les avocats ont demandé que les débats soient ouverts afin de situer les uns et les autres sur les chefs d’accusation.

Après avoir confirmé les mandats de dépôt, le juge a renvoyé le délibéré du dossier au 15 janvier 2024. La cour va-t-elle se déclarer incompétente dans cette affaire présumée ? Le procès du 15 janvier 2024 nous situera. Mais pour l’heure, le Dg Obssu est poursuivi pour détournement de 2,5 milliards FCFA. Au comptable, Il lui est reproché d’avoir favorisé le décaissement des fonds. Quant au troisième prévenu, il est poursuivi pour « détournement de deniers publics, blanchiment de capitaux et escroquerie », si on s’en tient à la lecture des faits effectuée à l’ouverture de l’audience par le juge en charge du dossier.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *