Burkina: la France prend sa revanche avec une nouvelle décision

Depuis l’arrivée d’Ibrahim Traoré à la tête du Burkina Faso, les relations entre Ouagadougou et Paris ne sont plus au beau fixe. Confronté à une grave crise sécuritaire depuis près de 10 ans maintenant, le Burkina a estimé que la France ne jouait pas franc-jeu dans sa coopération sécuritaire. Dès lors, les autorités de la transition ont pris une série de décisions pour rompre le partenariat avec la France dans plusieurs domaines sécuritaire. Il en fut de même sur le volet diplomatique et économique.

Actuellement, les relations ne sont pas du tout bonnes entre la France et le Burkina Faso. Paris vient de prendre une décision qui ne va pas arranger les choses. En effet, les autorités françaises ont décidé ce 13 décembre d’annuler le décret d’extradition de François Compaoré vers le Burkina Faso. François Compaoré est le petit frère de Blaise Compaoré, l’ex-président du Burkina Faso, renversé par une insurrection populaire en 2014.

Publicité

Monsieur François Compaoré est le principal accusé dans l’affaire Norbert Zongo. Ce dernier est un célèbre journaliste d’investigation qui a trouvé la mort en 1998 alors qu’il enquêtait sur une affaire dans laquelle le nom de François Compaoré revenait avec insistance. Depuis la chute du régime de Blaise Compaoré en 2014, François Compaoré s’est exilé en France. Condamné au Burkina Faso dans l’affaire Norbert Zongo, la France avait ordonné en 2020 l’extradition de François Compaoré vers le Burkina Faso.

Le petit frère de Blaise Compaoré avait alors décidé de saisir la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) pour annuler son extradition vers le Burkina. La CEDH a plaidé en faveur de François Compaoré en suspendant temporairement le décret portant extradition de François Compaoré vers le Burkina. En annulant le décret d’extradition de François Compaoré vers le Pays des Hommes intègres, la France a pris une décision historique très rare.

Pour le moment, les autorités burkinabè ne se sont pas encore exprimées sur cette décision de la France. Cependant, on peut imaginer que le climat risque de s’alourdir entre Ouagadougou et Paris après l’annulation du décret autorisant l’extradition de François Compaoré. Le dossier Norbert Zongo est l’un des plus emblématiques au Burkina Faso.

Publicité

Le journaliste d’investigation était une référence dans son domaine. Durant toute sa carrière, il a grandement participé à mettre en lumière certaines dérives du pouvoir Compaoré. Sa mort avait ébranlé le pouvoir de Blaise Compaoré provoquant du même coup des bouleversements majeur dans le monde judiciaire burkinabè. Dans les jours à venir, il est fort probable que les autorités burkinabè s’expriment sur la récente décision de Paris.

4 réponses

  1. Avatar de The Atlantean
    The Atlantean

    « François Compaoré, Le petit frère de Blaise Compaoré avait alors décidé de saisir la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) pour annuler son extradition vers le Burkina.La CEDH a plaidé en faveur de François Compaoré en suspendant temporairement le décret portant extradition de François Compaoré vers le Burkina. »
    C’est absurde que la CEDH a plaidé en faveur de ce petit assassin en cavale pour l’assassinat de Norbert Zongo. Ce faisant la mort de Norbert Zongo devient une vaine mort aux yeux de tout le monde, parce que la justice fuit Norbert Zongo. Ce qui revient à dire que Norbert Zongo n’aucun droit humain devant les Européens, une amère vérité.

    1. Avatar de Dr Doss
      Dr Doss

      Anonyme sort de ce pseudo préfabriqué the atlanteam et arrêtez de briller souvent par votre incompétence et inconsistance d’accord cette cour européenne des droits de l’homme à géométrie variable à d’autres ce qui est certain ce criminel compaoré n’aura jamais jamais la paix dans sa vie même à sa mort ça c’est la justice divine dixit Dr Doss

  2. Avatar de Tchité
    Tchité

    Après, ces mêmes gens viendront nous parler de droit de l’Homme. Quelle honte !!!

  3. Avatar de Dr Doss
    Dr Doss

    C’est ça la revanche à d’autres va et quoi encore heureusement que le ridicule ne tue pas hein que de la gesticulation des mots du junte française avec sa revanche stérile comme si elle avait l’intention de pratiquer l’extradition de Simon Compaoré le criminel sinon elle attendait quoi depuis si longtemps pour son extradition donc gardez-le il ne vaut pas les matières premières du Burkina Faso d’accord le mâle du pays aura raison de ce criminel le Burkina Faso sait affranchir de la junte française à jamais jamais plus rien ne serait comme auparavant d’accord voyez l’affaire notez moi très très bien ça dixit Dr Doss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *