Gaz: ce pays du Maghreb va monter dans le classement des producteurs

Le Maghreb, une région riche en ressources énergétiques, joue un rôle crucial dans le marché énergétique mondial. L’Algérie, en tête de file, est reconnue pour ses abondantes réserves de gaz naturel et de pétrole, se positionnant comme l’un des plus grands fournisseurs de gaz en Europe. Ses gisements gaziers massifs et ses infrastructures développées, telles que le gazoduc transméditerranéen, témoignent de son statut de leader énergétique dans la région.

D’un autre côté, l’Égypte, avec ses récentes découvertes majeures de gaz naturel, notamment le champ de Zohr en Méditerranée, renforce sa place en tant qu’acteur énergétique clé en Afrique du Nord. Ces pays, aux côtés d’autres nations du Maghreb comme la Mauritanie qui se lance dans l’exploitation de ses propres gisements gaziers, illustrent la richesse et la diversité des ressources énergétiques de la région. Cette abondance en hydrocarbures non seulement stimule les économies locales, mais joue également un rôle stratégique dans la sécurité énergétique régionale et mondiale.

Publicité

Bientôt un nouvel acteur

La Mauritanie, un pays d’à peine 5 millions d’habitants, est sur le point de révolutionner son économie et sa position sur la scène énergétique mondiale grâce à la découverte de réserves de gaz naturel colossales. En plaçant l’accent sur deux gisements gaziers majeurs, la Mauritanie s’apprête à s’élever dans les rangs des producteurs de gaz du continent.

L’un des joyaux de cette couronne énergétique est le champ gazier de Bir Allah, situé à une centaine de kilomètres des côtes nationales et à environ 60 km au nord du champ Grand Tortue Ahmeyim. Ce gisement, avec ses réserves estimées entre 80 et 110 milliards de pieds cubes de gaz, représente un trésor national qui se trouve exclusivement dans les eaux territoriales mauritaniennes. La décision définitive d’investissement dans ce champ est prévue pour 2025, promettant un avenir radieux pour le secteur énergétique du pays.

En lien avec le Sénégal

En parallèle, le champ Grand Tortue Ahmeyim (GTA), partagé avec le Sénégal et situé à la frontière maritime entre les deux pays, est un autre pilier de cette ascension. Les réserves de ce champ sont estimées à 25 trillons de mètres cubes de gaz naturel. La production de ce gisement, prévue pour débuter en 2024, devrait propulser la Mauritanie dans le club des exportateurs de gaz, avec un volume de 2,5 millions de tonnes de gaz liquéfié par an.

Publicité

Le partenariat entre la Mauritanie et le Sénégal, ainsi que l’implication de grandes entreprises énergétiques comme BP et Kosmos, témoigne de l’importance stratégique de ces découvertes. Ces réserves combinées, estimées à plus de 3.100 milliards de mètres cubes de gaz, positionneraient la Mauritanie juste derrière des géants comme le Nigéria, le Mozambique et l’Algérie, surpassant des pays comme l’Égypte et la Libye.

Au-delà de ces chiffres impressionnants, l’impact sur l’économie mauritanienne pourrait être transformateur. Avec le début des exportations de gaz prévu pour la mi-2024, la Mauritanie s’engage dans un chemin qui pourrait non seulement dynamiser son économie mais aussi favoriser un cycle de croissance et de développement durable.

Cependant, la Mauritanie ne se repose pas uniquement sur les ressources fossiles. Le gouvernement envisage également de développer des énergies renouvelables comme le solaire et l’éolien, afin d’assurer un accès universel à l’électricité et de préparer le pays à répondre à la demande future en hydrogène vert. Cette démarche est essentielle pour garantir une transition énergétique équilibrée et durable.

En somme, la découverte de ces gisements gaziers représente une opportunité sans précédent pour la Mauritanie, lui permettant de transformer son économie et de jouer un rôle de premier plan dans le secteur énergétique africain et mondial.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *