La Corée du Sud cible un pays du Maghreb pour contourner la Chine

Au niveau mondial, le Maroc est le 5eme plus gros exportateur de produits d’engrais, au monde, derrière la Russie et la Chine notamment. Une position particulière, qui attire les convoitises. La Corée du Sud, notamment, a ainsi décidé de faire confiance à Rabat afin de s’approvisionner, tout au long du premier semestre 2024, en engrais. Une belle opportunité pour les deux pays, de renforcer leurs liens économiques déjà forts.

La Corée du Sud, face aux arrêts des importations chinoises d’engrais

Cette décision de Séoul intervient dans un contexte un peu particulier. En effet, la Corée du Sud avait pour habitude de se fournir auprès de la Chine. Or, Pékin a décidé, au mois de novembre dernier, de suspendre (et ce, jusqu’à nouvel ordre), ses exportations mondiales de phosphate de diammonium (DAP).

Publicité

Si aucune raison n’a été donnée, les experts s’accordent à dire que celle-ci a été motivée à la suite d’un puissant lobby exercé par l’Association chinoise de l’industrie des engrais azotés, afin de prioriser le marché domestique.

La Corée du Sud, dépendant à 95% de la Chine

Naturellement, cela impacte les pays dépendants des exportations chinoises, dont fait partie la Corée du Sud. Ainsi, plutôt que de prendre le risque de faire face à une pénurie, Séoul, à travers son ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Énergie, monsieur Bang Moon-Kyu, a annoncé tout mettre en place afin de soutenir les entreprises privées qui se tourneront vers d’autres acteurs, quand bien même les tarifs seront plus élevés de 10% environ.

Le Maroc devrait donc profiter de cette annonce en se positionnant comme l’une des alternatives les plus crédibles. Le Royaume collabore déjà avec bon nombre de pays asiatiques, l’Inde, le Bangladesh ainsi que le Japon en tête. Un vrai savoir-faire, valorisé à près de 7.7 milliards de dollars de recettes !

Publicité

Et les choses pourraient continuer ainsi, puisque selon la radio coréenne KBS, ce blocus chinois sur les exportations d’engrais pourrait continuer et se prolonger tout au long de l’année 2024. Or, Séoul est dépendante à 95% des exportations chinoises, mettant ainsi en péril les récoltes prochaines.

2 réponses

  1. Avatar de Benosman
    Benosman

    Hey,vraiment ca sent le mauvais gout dans vos ecrits . En suivants vos ecrits ,on dirai que la zriba est devenue la plaque tournante de l afrique . Es par hasard que votre attention tres particuliere est un pure hasard ou s agit il d un deal pour emerveiller les sujets de benou bousbir,d ailleurs tous les medias tunisiens du coup commencent a ecrire beaucoup plus sur la zriba que leur propre pays et n arretent plus de focaliser leur projecteurs sur tous ce ne pas en algerie.la zriba devenue pionneure dans le gaz,l energie renouvellable,l industrie tous quoi. Quelle horeure. De nos jours tous se vend et s achete. Jamais sur le desatre des cinsequences du tatbii.tfouh. l algerie ne donnera aucun sou. Allez au besogne . Denigrez.

    1. Avatar de Benslimane
      Benslimane

      Commentaire haineux d’un fils de l’OAS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *