Navire britannique: le Venezuela mobilise des milliers de soldats

Le conflit territorial entre le Venezuela et le Guyana, exacerbé par la récente escalade militaire et diplomatique, soulève des questions cruciales sur l’avenir de la région de l’Essequibo, riche en ressources naturelles. La décision du Venezuela, dirigée par Nicolas Maduro, de mobiliser environ 5 600 soldats à la frontière du Guyana, en réponse à l’envoi d’un navire de patrouille militaire britannique, le HMS Trent, marque une nouvelle phase de tensions dans ce différend de longue date.

La région de l’Essequibo, objet de cette dispute, est essentielle pour les deux pays, chacun revendiquant ses droits historiques et géographiques sur ce territoire. D’une part, le Venezuela s’appuie sur des frontières historiques établies à l’époque de l’empire espagnol, tandis que le Guyana maintient que la frontière a été clairement définie par une cour d’arbitrage à Paris en 1899. L’importance de l’Essequibo a été encore soulignée par la découverte de réserves pétrolières substantielles par ExxonMobil en 2015, transformant l’économie guyanienne et attirant l’attention internationale.

Publicité

Pour rappel, la récente action de Maduro, ordonnant l’exploitation immédiate des ressources en pétrole, gaz et minéraux de la région, a envenimé la situation. Cette décision a fait suite à la victoire de Maduro dans un référendum visant à revendiquer la souveraineté sur l’Essequibo, un scrutin immédiatement condamné par le Guyana et porté devant la Cour Internationale de Justice. Alors que le Guyana considère ce référendum comme un prétexte à l’annexion, la CIJ a appelé à maintenir le statu quo en attendant une décision sur les revendications concurrentes.

Le président Maduro, en annonçant une action militaire « défensive » lors d’une conférence de presse à Caracas, a clairement indiqué sa détermination à protéger les intérêts vénézuéliens. Cependant, le Guyana, par la voix de son vice-président Bharrat Jagdeo, a assuré qu’il n’avait « aucun plan » pour attaquer le Venezuela. Cette affirmation vise à apaiser les tensions, bien que la présence du patrouilleur britannique dans les eaux guyaniennes soit présentée comme des « exercices de routine planifiés depuis longtemps ».

L’arrivée imminente du HMS Trent au Guyana, qui doit participer à des exercices militaires pendant « moins d’une semaine », a été perçue par le Venezuela comme un acte de provocation hostile. En réponse, le gouvernement vénézuélien a catégoriquement rejeté l’arrivée de ce navire, exhortant les autorités guyaniennes à prendre des mesures immédiates pour son retrait. Cette situation met en lumière l’escalade des tensions militaires dans une région déjà fragilisée par des différends territoriaux et économiques.

Publicité

La mobilisation des soldats vénézuéliens et l’envoi du navire britannique ne sont que les derniers développements dans un conflit complexe et multidimensionnel. Alors que le Guyana connaît une croissance économique remarquable, en grande partie grâce à ses ressources en pétrole, le Venezuela, affecté par des sanctions internationales et une baisse de production pétrolière, cherche à affirmer sa présence dans la région. Cette confrontation entre deux nations aux trajectoires divergentes soulève des inquiétudes sur la stabilité future de l’Essequibo et, par extension, de la région des Caraïbes.

2 réponses

  1. Avatar de (@_@)
    (@_@)

    C’est sûrement un conseil de Poutine : « tu envahis le voisin le moins puissant, et tous ceux qui ne sont pas pour, tu en fais des traitres à la patrie »

    Il devrait consulter les anciens dirigeants fascistes de la junte argentine. Il lui donneront leur avis.

    Qu’il essaye. le Guyana est faible et pas bien développé, mais quand les britanniques et leurs SAS vont entrer dans la jungle – une de leur spécialité – danse, il va vite se calmer.

    \\\\.///
    (@_@)

  2. Avatar de Le Baikal
    Le Baikal

    Les intérêts , les intérêts que des intérêts sans penser à toutes ces populations qui ne demandent qu’a vivre …dignement . Pourquoi toutes ces guerres ? Ni vainqueurs , ni vaincus , que des pertes humaines , pertes d’innocents .
    Pourquoi , pourquoi , pourquoi ???

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *