Pétrole en Afrique: encore une bonne nouvelle pour ce milliardaire

L’Afrique, un continent doté d’une abondance de ressources naturelles, se distingue particulièrement dans le secteur de l’énergie grâce à ses vastes réserves de pétrole. Des pays comme l’Algérie, l’Angola et la Libye et le Nigeria possèdent d’importantes réserves pétrolières, contribuant de manière significative à l’économie mondiale de l’énergie. En tant que l’un des plus grand producteurs de pétrole d’Afrique, le Nigeria joue un rôle central dans le marché pétrolier mondial, grâce à ses réserves substantielles et à sa capacité de production élevée.

Cette richesse en hydrocarbures ne se limite pas seulement à l’exportation; elle est aussi une pierre angulaire pour des projets internes ambitieux, tels que celui entrepris par le milliardaire Aliko Dangote.

Publicité

Dans le cadre de son effort pour renforcer son autonomie énergétique, le Nigeria, pilier du marché pétrolier africain, a récemment franchi un pas important. La raffinerie de Dangote à Lagos a reçu mi-décembre son premier million de barils de brut. Ce jalon est d’autant plus significatif que ce projet de 19 milliards de dollars, entièrement financé par le milliardaire Aliko Dangote, est l’un des plus ambitieux de l’histoire économique du Nigeria.

Une seconde bonne nouvelle en cette fin d’année

Dans ce contexte dynamique, la Commission de Régulation Pétrolière en Amont du Nigeria (NUPRC) a publié de nouvelles directives, obligeant les producteurs de pétrole nigérians à fournir 483 000 barils par jour aux raffineries locales dès la première moitié de 2024. Cette mesure vise à garantir un approvisionnement régulier en pétrole brut pour les raffineries du pays, dont la raffinerie Dangote qui recevra la part la plus importante, soit 325 000 barils par jour.

Cette initiative est une réponse au mandat de l’Acte sur l’Industrie Pétrolière de 2021, qui exige que les producteurs locaux fournissent une partie de leur production aux raffineries nationales. L’objectif est de stabiliser l’approvisionnement en brut, essentiel pour l’économie du pays. En dépit de sa position de plus grand exportateur de pétrole en Afrique, le Nigeria a jusqu’à présent importé une grande partie de son pétrole raffiné.

Publicité

La NUPRC a également précisé que les raffineries devraient payer les prix du marché mondial pour le brut fourni. Ce programme, impliquant 48 producteurs de pétrole, dont des géants tels que TotalEnergies, Chevron, Shell, et ExxonMobil, est une partie d’un effort plus large pour augmenter la capacité de production pétrolière du Nigeria. Selon les données de la NUPRC, six raffineries, capables de traiter un total de 864 500 barils par jour, devraient être opérationnelles à partir de 2024.

Enfin, le directeur général de la NUPRC, Gbenga Komolafe, a souligné l’importance de cette politique pour l’économie nigériane. Il a affirmé que ces mesures sont un pas vers l’objectif du Nigeria de raffiner son propre pétrole et de réduire sa dépendance aux importations. Avec une production visée de 1,8 million de barils par jour en 2024, dépassant le quota de l’OPEP, le Nigeria se dirige vers une ère de prospérité renouvelée, stimulée par des investissements locaux et une meilleure gestion de ses ressources pétrolières.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *