Qui sont les nouveaux visages du Congo pour les années à venir ?

Puissance démographique et économique et premier pays francophone par nombre d’habitants, la République Démocratique du Congo (RDC) s’impose comme un pivot du continent africain. Une influence portée par sa société civile, en pleine mutation. C’est toute une génération de jeunes entrepreneurs qui transforme le pays et par ricochet, l’Afrique tout entière : Junior M’Buyi, Tisya Mukuna, Mannick Sylles Bryant… Portraits de ceux qui façonnent la RDC de demain. 

Junior M’Buyi, prolifique et talentueux financier congolais

C’est un ouvrage qui a beaucoup fait parler de lui, de Kinshasa à Paris : en septembre 2023 était publié Une superpuissance en devenir : quand la RDC s’éveillera, de Junior M’Buyi. Le plaidoyer d’un congolais pour le potentiel politique et culturel de sa nation, mais aussi le regard acéré d’un entrepreneur sur les failles et les forces de l’économie de son pays. 

Publicité

À la tête depuis cinq ans de son cabinet de conseil financier JPG Consulting Partners, sa société s’est rapidement imposée dans le secteur du conseil bancaire, en particulier dans l’accompagnement d’institutions financières internationales et la mise en place de grandes réformes règlementaires. Une expertise qui propulse le cabinet aux quatre coins du monde avec des filiales dans plus de dix pays, au Maroc, en France, en Suisse…

C’est ainsi, qu’en quelques années, le Congolais Junior M’Buyi est devenu un expert reconnu de son secteur, convié à Bruxelles au sein de la Commission européenne et à Washington au FMI et à la Banque Mondiale pour partager ses analyses. Il est également un membre influent du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique, le CAVIE, basé à Bruxelles

Une trajectoire à l’international qui n’empêche pas le jeune entrepreneur de suivre de très près la vie économique et politique de son pays d’origine, la RDC. D’ailleurs, dans son dernier livre, Junior M’Buyi n’a de cesse de défendre la modernisation accélérée du secteur bancaire congolais, clef de voute de la future croissance de son pays

Publicité

Tisya Mukuna, la reine du café kinois

Son stand fit forte impression lors du salon de l’agriculture de Paris, en février 2023 : Tisya Mukuna symbolise à elle seule la modernisation le rajeunissement et le retour en force du secteur agricole congolais. À trente ans, diplômée d’une école de commerce et spécialiste en négociation des affaires, elle se lance en 2020 dans un pari fou : faire pousser du café sur les hauteurs de Kinshasa et faire de son nouveau produit une marque forte du marché.

S’inspirant des méthodes agronomiques d’autres pays, et notamment du Viêt-nam, le « café de Kinshasa » devient rapidement une réalité et une qualité du produit saluée par les amateurs de « kawa ». Un positionnement marketing clair, une chaine de valeur maitrisée de la récolte à la vente en passant à par la transformation : la marque « la Kinoise » devient rapidement une référence ! 

Il faut dire que le potentiel caféicole est énorme : il y a encore quelques décennies, le pays était parmi les premiers exportateurs mondiaux et le produit est toujours la deuxième marchandise la plus échangée dans le monde, juste après le pétrole. Véritable « self-made woman », Tisya Mukuna incarne les formidables possibilités offertes par l’agriculture congolaise et incarne un modèle de réussite méritocratique pour la jeunesse du pays. 

James Zhang, Landry Ngoya, Mannick Syllas Bryant… La « RDC tech » en ébullition

En septembre 2022, la République démocratique du Congo mettait en place une législation spécifique pour les start-up. Et depuis, la « RDC Tech » est en ébullition.  Et en quelques mois, plusieurs Congolais sont devenus des figures incontournables de l’économie digitale africaine, comme James Zhang, qui a fondé des programmes d’éducations aux technologies Web3, salués jusqu’aux États-Unis.

Il y a quelques mois, c’est un autre congolais, Landry Ngoya qui révolutionnait l’envoi d’argent par la diaspora africaine – en particulier en RDC et en Côte d’Ivoire – en créant la fintech MaishaPay, permettant d’envoyer directement de l’argent par téléphone.  Et depuis 2022, c’est aussi Mannick Syllas Bryant qui fait parler de lui avec « Shule System », une start-up basée à Goma qui fournit des logiciels de gestion administrative aux écoles.

Les jeunes entrepreneurs congolais dynamisent l’économie, s’engouffrent dans les nouvelles technologies, transforment l’Afrique… et écrivent déjà l’Histoire du continent. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *