Sénégal: une décision de justice qui remet tout à plat

Ousmane Sonko fera bel et bien partie de la liste électorale pour la présidentielle de 2024 au Sénégal. C’est du moins ce que traduit la décision rendue par le tribunal de grande instance de Dakar. Ce verdict qui vient annuler la radiation du leader de l’opposition sénégalaise du fichier électoral entraine une redistribution des cartes.

Le tribunal de grande instance de Dakar a prononcé l’annulation, de la radiation de Ousmane Sonko des listes électorales. Ainsi, l’opposant réintègre les listes électorales au Sénégal. Ce verdict remet dans la course le leader de l’opposition qui avait été radié des listes à la suite d’une condamnation à deux ans de prison en juin. L’audience qui a abouti au nouveau verdict, s’est ouverte, le 12 décembre, au Palais de Justice de Dakar pour examiner la réintégration ou non, sur les listes électorales de l’opposant sénégalais Ousmane Sonko, dont dépend sa candidature à la présidentielle de février 2024.

Publicité

La sécurité a été renforcée autour du tribunal. Les autorités ont notamment interdit la circulation des motos dans la ville. Condamné par contumace en juin 2023 à deux ans de prison pour le délit de corruption de la jeunesse, le leader du parti Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l’éthique, et la fraternité (Pastef), avait été radié des listes électorales, perdant de facto le droit d’être candidat à une élection. Avec sa réintégration sur les listes électorales, Ousmane Sonko peut relancer le processus pour le dépôt de sa candidature à la présidentielle de février 2024. Il a désormais jusqu’au 26 décembre pour déposer sa candidature et recueillir ses parrainages.

En demandant cette réintégration de l’opposant, le tribunal confirme un jugement rendu en octobre qui avait été cassé par la Cour suprême le 17 novembre 2023. « Cette décision qui vient de tomber est exécutoire. Même s’il y a possibilité de recours, ce recours n’est pas suspensif », a relevé Abdoulaye Tall, un des avocats de Sonko, appelant à remettre, au sortir de cette décision, la fiche de parrainage au mandataire de Sonko pour que celui-ci puisse entamer la collecte auprès du peuple sénégalais. Quelques supporteurs d’Ousmane Sonko rassemblés dans le tribunal ont accueilli cette nouvelle dans la liesse, scandant le nom de l’opposant. Un autre de ses avocats, Me Ciré Clédor Ly, a affirmé « Le code électoral est très clair. Lorsque le juge rend sa décision, cette décision doit être immédiatement exécutée ».

Suite au verdict favorable à Ousmane Sonko, Me El Hadj Diouf et l’équipe d’avocats représentant l’État, envisagent de contre-attaquer devant la Cour suprême, intensifiant ainsi le débat juridique autour de l’affaire. Les prochaines étapes de ce contentieux judiciaire font planer une incertitude sur l’issue définitive de cette affaire. Les déboires du leader de Pastef ont démarré avec les accusations de viol portées à son encontre par une jeune dame travaillant dans un salon de beauté de la capitale en mars 2021 et ayant conduit à sa condamnation pour corruption de la jeunesse. L’opposant a tout le temps pointé un complot ourdi au plus haut niveau de l’Etat pour l’écarter de la présidentielle du 25 février 2024.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *