Un ordinateur révolutionnaire aux capacités extraordinaires attendu en 2024

En Australie, des chercheurs du Centre international des systèmes neuromorphiques (ICNS) de l’Université Western Sydney ont développé un ordinateur pas comme les autres. Selon le site « Trust My Science » qui annonce l’information, il s’agit d’un superordinateur qui sera lancé en 2024. La spécificité de cet instrument qui aura le mérite d’imiter les processus cérébraux permettra d’avoir des avancées de la compréhension de l’efficacité de l’Intelligence Artificielle. Le DeepSouth pourra ainsi être utile dans plusieurs domaines. On pourra l’utiliser dans le domaine de la robotique à la santé. Il sera également possible de favoriser une informatique plus respectueuse de l’environnement.

Le projet est inspiré en réalité du système TrueNorth d’IBM. Il avait pour mission de produire des machines devant simuler de grands réseaux de neurones à pointes. Le superordinateur vient directement des processus biologiques du cerveau humain. Ceci lui permet de simuler les opérations synaptiques à une échelle inimaginable. Il a une capacité à réaliser 228 billions (228 x 1012) d’opérations synaptiques par seconde. Cette caractéristique permet de le rapprocher davantage de l’activité neuronale humaine. On retient également que, sa capacité à reproduire la complexité et la rapidité des interactions neuronales ouvre des perspectives inédites dans la compréhension du fonctionnement cérébral et dans la simulation de processus cognitifs.

Publicité

« Les progrès dans notre compréhension de la manière dont le cerveau calcule à l’aide des neurones sont entravés par notre incapacité à simuler des réseaux de type cérébral à grande échelle. La simulation de réseaux neuronaux sur des ordinateurs standard à l’aide d’unités de traitement graphique (GPU) et d’unités centrales de traitement (CPU) multicœurs est tout simplement trop lente et gourmande en énergie. Notre système changera cela », a pour sa part fait remarquer par le canal d’un communiqué le directeur de l’ICNS, le professeur André van Schaik.

Sur le plan sanitaire, les capacités de cet ordinateur peu ordinaire aura le mérite de faire avancer les recherches sur certaines maladies neurodégénératives telles que Alzheimer ou Parkinson. Par le DeepSouth, la recherche pourrait ainsi  modéliser et étudier les dysfonctionnements neuronaux. Ce résultat obtenu par les chercheurs du Centre international des systèmes neuromorphiques (ICNS) est le fruit de la collaboration avec des partenaires internationaux, dont l’Université d’Aix-la-Chapelle en Allemagne. Sa mise en service est prévue pour le mois d’avril 2024. Au-delà de son utilité dans le domaine de la recherche, le superordinateur aura un impact significatif sur l’économie australienne, car il aura le mérite d’attirer des investissements et pourrait créer beaucoup d’emplois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *