Arabie saoudite: bientôt un magasin de vente d’alcool pour les diplomates étrangers

L’Arabie saoudite, un pays réputé pour ses politiques strictes en matière d’alcool, s’apprête à inaugurer un changement notable. Selon une source proche du dossier, le royaume envisage d’ouvrir son premier magasin d’alcool à Riyad, exclusivement destiné aux diplomates étrangers non-musulmans. Ce projet s’inscrit dans le cadre de la Vision 2030 de l’Arabie saoudite, une initiative visant à diversifier son économie et réduire sa dépendance au pétrodollar.

La nouvelle boutique sera située dans le quartier diplomatique de Riyad, une zone réservée aux ambassades et aux diplomates. Pour y accéder, les clients devront s’enregistrer via une application mobile, obtenir un code du ministère des Affaires étrangères et respecter des quotas mensuels pour leurs achats. Jusqu’à présent, l’alcool n’était accessible en Arabie saoudite que via le courrier diplomatique ou le marché noir.

Publicité

Cette initiative marque un tournant pour le royaume, qui a maintenu une interdiction stricte de l’alcool depuis 1952. Cette politique a été instaurée après un incident impliquant un membre de la famille royale, le prince Mishari bin Abdulaziz Al Saud, qui, en état d’ivresse, avait tué un diplomate britannique. Les conséquences de cet acte avaient conduit à une interdiction nationale et à des peines sévères pour la consommation d’alcool, y compris des amendes, de la prison, des châtiments corporels publics et l’expulsion pour les non-citoyens.

Cependant, sous l’égide du prince héritier Mohammed Ben Salmane et sa Vision 2030, des signes de possibles assouplissements ont commencé à émerger. Le gouvernement saoudien a récemment annoncé un cadre réglementaire révisé visant à limiter le commerce illégal d’alcool au sein des cercles diplomatiques. Ce nouveau système vise à gérer rigoureusement les quantités d’alcool entrant dans le royaume, contrastant avec le scénario précédent qui permettait une circulation non régulée de l’alcool.

Il reste incertain si les expatriés non-musulmans auront accès à cette boutique. Des millions d’expatriés vivent en Arabie saoudite, mais la plupart sont des travailleurs musulmans originaires d’Asie et d’Égypte. Pour la majorité des 32 millions d’habitants saoudiens, les options restent limitées à des boissons artisanales discrètement élaborées, à des offres coûteuses du marché noir ou à des voyages à l’étranger pour consommer de l’alcool.

Publicité

En parallèle, l’Arabie saoudite aspire à accueillir des événements mondiaux tels que l’Expo 2030 et la Coupe du Monde 2034. Ces ambitions soulèvent des spéculations sur un assouplissement potentiel des restrictions liées à l’alcool, notamment dans des projets futuristes comme NEOM. Cependant, étant donné l’interdiction de l’alcool en Islam et la position de l’Arabie saoudite en tant que gardienne des sites sacrés de l’Islam, la question reste délicate, mêlant tradition, réforme et engagement mondial dans la définition du futur du royaume.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires