BRICS: ce pays réduit ses importations de pétrole russe

La Russie, a récemment fait face à des fluctuations notables dans ses exportations de pétrole, notamment avec son deuxième plus grand client, l’Inde. L’origine de cette évolution réside dans les prix bradés résultant de la guerre en Ukraine, poussant l’Inde à devenir le deuxième plus grand client de Moscou. Cependant, la fin des ristournes a entraîné une chute significative des importations indiennes de pétrole russe. Après avoir atteint un sommet de 2,15 millions de barils par jour en mai 2023, elles ont récemment chuté à 1,45 million, représentant leur niveau le plus bas depuis janvier 2022, selon l’institut d’analyses Kpler.

Cette diminution des importations indiennes est attribuée à l’augmentation des prix du pétrole russe, résultant d’une compétition accrue entre l’Inde et la Chine pour l’achat de ce brut. En effet, les sanctions occidentales liées à l’invasion de l’Ukraine en 2021 ont contraint la Russie à accorder d’importantes ristournes pour maintenir ses exportations, favorisant ainsi une rapide montée des importations indiennes. Cependant, le rapprochement des cours du pétrole russe avec les prix du marché a inversé cette tendance, incitant l’Inde à réduire ses achats.

Publicité

Les récentes déclarations du vice-Premier ministre russe en charge de l’Énergie, Alexandre Novak, confirment le réacheminement des exportations de pétrole russe vers la Chine et l’Inde, soulignant l’importance stratégique de ces partenariats. Cependant, la décision de la Russie, en collaboration avec l’Opep+ et l’Arabie saoudite, d’accentuer la réduction de la production de pétrole pour stimuler les prix a eu des conséquences sur les relations commerciales avec l’Inde.

Le gouvernement indien, axé sur l’objectif de garantir le prix le plus bas pour les consommateurs, remet en question la pertinence des achats de pétrole russe sans les incitations antérieures. Bien que l’Inde maintienne de bonnes relations politiques avec la Russie, le secteur énergétique est guidé par des considérations purement économiques. Les économies réalisées par l’Inde pendant les dix premiers mois de la guerre en Ukraine grâce aux prix avantageux du pétrole russe ont été annulées par la hausse récente des prix du brut.

La situation est également compliquée par le choix de l’Inde d’éviter de régler ses transactions en dollars avec la Russie pour éviter des représailles américaines. Cela a été illustré par la tentative infructueuse de l’Indian Oil Corporation d’acheter du brut russe en dirhams des Emirats arabes unis en décembre. Il faut préciser que la Russie et l’Inde font partie de l’alliance BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) qui est désormais devenu « BRICS+ » après son élargissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *