,

Décision du Nigeria : le Bénin « ne délivre pas de faux diplômes », rassure le Dges

Le 2 janvier 2024, le gouvernement fédéral du Nigeria à travers le ministère de l’éducation a suspendu la reconnaissance des diplômes universitaires délivrés au Bénin et au Togo suite à la publication d’une enquête réalisée par le journal Daily Nigerian. Les autorités béninoises ne sont pas restées insensibles à cette mesure du ministère fédéral de l’éducation. Ce vendredi 5 janvier 2024, le directeur général de l’enseignement supérieur a apporté des clarifications sur l’authenticité des diplômes universitaires délivrés par l’Etat béninois. C’est à la faveur d’une conférence de presse tenue à Cotonou.

A cette occasion, Karim Issiaka Youssao, directeur général de l’enseignement supérieur a tenu à rassurer la presse que « l’Etat béninois ne délivre pas de faux diplômes ». « Les diplômes de Licence, de Master et de Doctorat délivrés par les universités publiques du Bénin sont des diplômes reconnus par toutes les instances nationales et internationales », a-t-il ajouté. Pour ce qui concerne les diplômes de Licence et de Master des étudiants provenant des établissements privés d’enseignement supérieur (Epes), le directeur général de l’enseignement supérieur a fait observer qu’ils sont « délivrés à l’issue de leur admission aux examens nationaux de Licence et de Master et sont co-signés par le directeur des examens et concours et le directeur général de l’enseignement supérieur, depuis 2017 ».  

Publicité

Le Dges Karim Issiaka Youssao a tout de même reconnu que la plupart des incriminés sont « délivrés par les promoteurs des établissements privés d’enseignement supérieur et concernent la section anglophone qui n’est pas autorisée en République du Bénin ». « Il s’agit des établissements installés anarchiquement sur le territoire national sans autorisation ou des établissements autorisés pour les formations de la section francophone et qui dispensent en toute illégalité les formations dans la section anglophone », a précisé le directeur général de l’enseignement supérieur.

Le Dges Karim Issiaka Youssao s’est réjoui du fait que le gouvernement nigérian ait rejoint le Bénin dans la traque aux faux diplômes, une lutte enclenchée au Bénin depuis 2017 par l’administration Talon. Face à la mesure de suspension de l’accréditation des diplômes délivrés par les universités du Bénin et du Togo par le Nigeria, les autorités béninoises comptent « inviter une délégation du ministère de l’éducation du Nigeria via le ministère des affaires étrangères pour mieux leur expliquer les critères de validité des diplômes au Bénin », informe le Dges.

Il s’agira également de suggérer que tous les ressortissants du Nigeria authentifient leur diplôme délivré par le Bénin par l’ambassade du Nigeria au Bénin via la direction générale de l’enseignement supérieur, comptent suggérer les autorités béninoises à celles du Nigeria. Pour mener à bien la lutte contre le trafic des diplômes, le Bénin envisage d’ « organiser avec l’appui de l’ambassade du Nigeria, une séance avec de sensibilisation des étudiants nigérians au Bénin pour qu’ils ne soient pas victimes de la mauvaise pratique des promoteurs indélicats des Epes et des intermédiaires nigérians », a fait savoir le Dges Karim Issiaka Youssao

7 réponses

  1. Avatar de Gombo
    Gombo

    La proliferation des diplomes des etablissement prives ne date pas de 2006!
    La generation des boites a BTS et autres est le resultat de la faillitte des etablissements publics et de l’anxiete des parents ! Et ca continue ! Des parents qui tirent le diable par la queueue sont escroque de millions de fcfa par des etablissements prives douteux, fabrique de cgomeurs a grand prix !

  2. Avatar de Joeleplombier
    Joeleplombier

    Ce que dit le Dges n’est pas faux. Les diplômes des entités publiques de notre pays sont reconnus en Occident et ailleurs.
    La problématique est la période allant de 2006 à 2016 avant l’accession du président Talon au pouvoir . On n’a distribué via des établissements supérieurs privés dans tous les coins de rue des licences et des masters fantaisistes à nos enfants. Puisqu’il n’avait pas un examen national.
    Nous ; nous sommes les produits de l’UNB et étions les meilleurs dans les universités occidentales.
    Une réévaluation doit être faite pour la période 2006 à 2016.
    Ça y va de la crédibilité de nos universités. Ce pays qui fut en notre temps ; le quartier latin de l’Afrique .
    Le Plombier universitaire

    1. Avatar de Aziz le sultan
      Aziz le sultan

      Tu n as jamais..fait l unb…
      Menteur vas..

      1. Avatar de Joeleplombier
        Joeleplombier

        Tu es vraiment un rigolo .
        Je n’Ai jamais été résident Suisse
        Je n’ai jamais fait l’UNB .
        Tu me connais. On s’est croisé une fois .
        Tu connais ma vie . Mon nom et prénom , mon parcours .
        Tu es ridicule .
        Je n’ai vraiment pas de mots pour te qualifier. Les personnes bienveillantes comprendront ta nature . La vraie.
        Un malade psychiatrique et un véritable psychopathe.
        L’universitaire Plombier

    2. Avatar de OUREGA Adanzounon
      OUREGA Adanzounon

      @Joeleplombier
      Vous nous dites  » Les diplômes des entités publiques de notre pays sont reconnus en Occident et ailleurs »
      Donc c’est la raison pour laquelle tu as fait fabriquer ton diplôme de doctorat à l’Université de Glodjigbé en co-tutelle avec celle de Calavi! avec Dr Doss comme co-directeur de ta thèse!
      Ainsi tu es devenu enseignant à l’université prestigieuse de Barbès Rochechouart….Bravo! Quartier barratin des l’AOF

      1. Avatar de TETE
        TETE

        Mdrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr!

        1. Avatar de KEUR SERIGNE TOUBA
          KEUR SERIGNE TOUBA

          Je suis d’accord avec vous, j’ai le même rire….!!! pété de rire….
          Joeleplombier et sa lugubre thèse.
          Incroyable

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *