Dédollarisation: la Chine s’appuie sur ses ressources dans ce domaine

De plus en plus de pays, notamment les pays membres des BRICS, souhaitent utiliser d’autres monnaies que le dollar, dans leurs échanges internationaux. La Chine, en particulier, souhaite voir le yuan supplanter la devise qui règne encore en maître sur les marchés financiers mondiaux.

Et aux yeux de Pékin, le développement des énergies renouvelables pourrait offrir une formidable opportunité de placer le yuan au centre des échanges. Pour Zongyuan Zoe Liu, spécialiste de la Chine au Council on Foreign Relations, affirme ainsi que la Chine peut compter sur sa position de leader mondial (ou comme étant l’un des principaux pays à la tête de la lutte contre le réchauffement climatique) pour imposer sa monnaie nationale comme monnaie d’échange et ainsi supplanter le dollar, associé aux énergies carbones.

Publicité

La Chine, leader mondial de l’investissement dans les énergies vertes

Terres rares, cobalt, énergie éolienne… La Chine est l’un des principaux fournisseurs au monde de technologies et de matières premières éco-responsables. Pour tirer parti de cette position préférentielle, la Chine a d’ailleurs mis en place diverses bourses d’échanges cotées en yuan (Bourse des produits des terres rares de Bautou lancée en 2014 ainsi que la Bourse des métaux rares de Ganzhou en 2019). Il en va de même pour le cuivre ainsi que le pétrole.

BRICS et OCS pour supplanter le dollar américain ?

Enfin, la Chine souhaite s’appuyer sur le développement des BRICS et de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) pour plaider en faveur d’un monde moins centré sur l’utilisation du dollar. Outre la Chine, le Brésil ou encore l’Iran, deux pays riches en lithium ou encore en zinc pourraient permettre de créer de nouvelles routes d’échanges, notamment en yuan, permettant ainsi de créer une alternative au dollar.

Une banque dédiée à ces pays (calquée sur le modèle de la BCE européenne) pourrait aussi voir le jour. Cela pourrait d’ailleurs donner naissance, à terme, à une nouvelle monnaie unique utilisée par les pays des BRICS et de l’OCS pour financer leurs échanges. De nombreuses discussions ont d’ores et déjà eu lieu en ce sens même si, à ce jour, aucune information complémentaire n’a vu le jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *