En avion, ce geste simple va bientôt être impossible

Dans l’univers du voyage aérien, un changement notable se profile à l’horizon, affectant une pratique courante et appréciée par les passagers : l’inclinaison des sièges. Selon un reportage de CNN, cette capacité des sièges à s’incliner pourrait bientôt appartenir au passé. La raison ? Une série de considérations pragmatiques de la part des compagnies aériennes, allant de la maintenance au confort des passagers.

Jadis, tous les sièges de classe économique offraient la possibilité de s’incliner, mais aujourd’hui, plusieurs modèles de sièges sont conçus sans cette fonction. Ce changement soulève une question importante : est-ce une bonne ou une mauvaise chose ? La réponse varie selon les perspectives, mais une chose est sûre : les sièges inclinables dans les avions sont en voie de devenir une relique du passé.

Publicité

Le concept du siège inclinable repose sur un mécanisme complexe, intégrant un pivot sous le coussin du siège, relié à un bouton sur l’accoudoir, et un cylindre pneumatique pour remettre le siège en position verticale. Cependant, ce mécanisme représente un coût non négligeable pour les compagnies aériennes, non seulement en termes de maintenance et de poids supplémentaire, mais également en tant que source de conflits entre passagers, nécessitant parfois l’intervention des agents de bord.

Au milieu des années 2000, une nouvelle génération de sièges super-légers et non inclinables a commencé à émerger. Ces sièges, parfois décrits comme « pré-inclinés », ont été initialement adoptés par les compagnies aériennes à bas coût pour des vols de courte durée. Ces sièges, sculptés dans une forme concave fixe, offrent un gain de place appréciable, permettant ainsi aux compagnies d’augmenter le nombre de passagers à bord.

L’introduction de ces sièges a également permis une économie d’espace significative. En économisant ne serait-ce qu’un pouce d’espace par rangée, les compagnies peuvent ajouter une rangée supplémentaire dans l’avion, ce qui se traduit par une augmentation considérable du nombre de passagers pouvant être transportés.

Publicité

Ces dernières années, l’industrie a vu l’émergence de sièges slimline, autrefois utilisés principalement par les transporteurs à bas coût, mais qui se généralisent désormais également chez les compagnies aériennes traditionnelles. Ces sièges pré-inclinés, moins encombrants et plus légers, offrent une alternative économique et pratique, notamment sur les vols courts. Les fabricants de sièges, comme le géant allemand Recaro, ont innové en proposant des sièges à inclinaison prédéfinie, avec des angles de 15 ou 18 degrés, optimisant ainsi l’espace disponible pour les passagers.

Le débat sur l’inclinaison des sièges dans les avions est loin d’être tranché. D’un côté, les sièges pré-inclinés semblent être une solution avantageuse pour les vols de courte durée, éliminant les conflits entre passagers pour l’espace et réduisant les coûts pour les compagnies aériennes. De l’autre, pour les vols long-courriers, l’inclinaison des sièges reste une fonctionnalité essentielle, offrant un confort supplémentaire indispensable lors de voyages prolongés.

Les compagnies aériennes ont également commencé à adopter des configurations de cabine hybrides, où les premiers rangs en classe économique offrent des sièges plus confortables avec inclinaison et prises de courant, tandis que le reste de la cabine dispose de sièges pré-inclinés avec des aménagements plus basiques. Cette segmentation permet aux compagnies aériennes de proposer des options variées à leurs clients, tout en maximisant l’utilisation de l’espace et en conservant une compétitivité tarifaire face aux compagnies low-cost.

La question de l’inclinaison des sièges en avion ne se limite pas à une simple préférence personnelle, mais soulève des enjeux plus larges liés à l’économie et au confort en vol. Alors que certains passagers considèrent l’inclinaison comme un droit inaliénable, d’autres la voient comme une intrusion dans leur espace personnel. Cette dichotomie a conduit à des situations conflictuelles en vol, nécessitant parfois l’intervention du personnel de bord.

La tendance vers des sièges pré-inclinés, surtout sur les vols courts, semble être une évolution positive, réduisant les tensions entre passagers et optimisant l’efficacité opérationnelle des compagnies aériennes. Pour les vols long-courriers, l’inclinaison reste un élément crucial du confort des passagers. Cependant, il est essentiel pour les voyageurs d’être conscients et respectueux de l’espace des autres, et de s’assurer que leurs actions, comme l’inclinaison du siège, ne nuisent pas au bien-être des autres passagers.

Une réponse

  1. Avatar de Nadège Raoul
    Nadège Raoul

    Encore des économies sur le peuple qui n’a pas les moyens de s’offrir un meilleur confort ! Mais nous aussi on a besoin de confort quand on a trimé toute l »année pour gagner nos vacances et qu’on a mal aux dos,aux hanches…..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *