Guerre de drones: un autre pays européen s’équipe de cette arme spéciale

La récente annonce par le Royaume-Uni de son succès dans le développement d’armes à énergie dirigée marque une étape significative dans la course à l’armement moderne. Le système DragonFire, un projet ambitieux doté d’une puissance de 50 kW, a démontré sa capacité à abattre des drones arrivant de plusieurs directions lors d’un essai dans les îles Hébrides. Ce succès souligne l’engagement britannique dans la technologie des armes à énergie dirigée, avec un investissement de 100 millions de livres sterling dans le programme DragonFire depuis 2017.

Le DragonFire se distingue par sa précision exceptionnelle, capable d’atteindre une pièce d’une livre sterling à un kilomètre de distance. Son coût d’utilisation, inférieur à 10 livres sterling par tir, en fait une alternative économique aux missiles surface-air traditionnels. Cette efficacité financière et opérationnelle suggère un changement potentiel dans les stratégies de défense aérienne, réduisant la dépendance à des munitions coûteuses tout en minimisant les dommages collatéraux.

Publicité

Les États-Unis, pionniers dans le développement d’armes à énergie dirigée, continuent de dominer dans ce domaine avec des systèmes comme le DE M-SHORAD et le système HELIOS pour l’US Navy. Cependant, d’autres nations ne sont pas en reste. Israël avec l’Iron Beam, la France et son système anti-drones Helma-P, l’Allemagne avec le démonstrateur d’arme laser LWD de Rheinmetall, et la Russie avec le dispositif Peresvet montrent que la course aux armes à énergie dirigée est devenue une priorité mondiale.

La Chine aussi s’aligne dans cette compétition technologique, affirmant avoir développé une technologie révolutionnaire pour la défense aérienne. L’implication de plusieurs pays dans le développement de telles armes indique une évolution significative des tactiques militaires et des capacités défensives à l’échelle mondiale.

Cependant, ces technologies ne sont pas sans défis. Leur efficacité peut être affectée par des facteurs tels que les conditions météorologiques. Malgré ces limitations, l’intérêt croissant pour les armes à énergie dirigée suggère une transformation profonde des stratégies de défense, notamment dans la lutte contre les drones.

Publicité

L’adoption du système DragonFire par le Royaume-Uni, envisagé pour être installé sur des blindés Wolfhound et des frégates de type 23, représente un tournant décisif. Cette étape dans l’utilisation de l’énergie dirigée contre des cibles aériennes à des distances pertinentes pourrait bien redéfinir les capacités de défense aérienne des armées modernes, marquant le début d’une nouvelle ère dans la guerre de drones.

Une réponse

  1. Avatar de Le Baikal
    Le Baikal

    Déclaration de Vladimir Poutine :
    « Nous savons bien que plusieurs pays travaillent à la conception d’une arme basée sur de nouveaux principes physiques. Il existe des raisons de croire que là aussi, nous avons une longueur d’avance. Nous avons obtenu des résultats significatifs dans la conception de l’arme laser. Ce n’est pas une simple théorie, un projet, ou même un simple début de production. Les forces reçoivent déjà des canons laser depuis l’an dernier. Je ne vais pas entrer dans les détails. Ce n’est pas encore le moment. Mais les spécialistes comprendront que la présence de telles armes décuple les capacités de la Russie pour garantir sa sécurité. Je voudrais également demander à ceux qui s’intéressent au matériel militaire de proposer un nom pour ce nouveau canon»
    Sans commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *