La 1ère femme milliardaire d’Afrique riposte après l’offensive contre sa fortune

La femme d’affaires angolaise Isabel dos Santos a récemment réagi avec fermeté aux nouvelles accusations portées contre elle, affirmant qu’elles sont politiquement motivées. Le procureur public angolais a inculpé Mme Dos Santos de 12 crimes, dont détournement de fonds et fraude, en lien avec son mandat à la tête d’une entreprise pétrolière d’État.

Anciennement considérée comme la femme la plus riche d’Afrique, elle a dirigé la société pétrolière Sonangol de 2016 à 2017. Fille de l’ancien président angolais José Eduardo dos Santos, elle s’est retrouvée au centre d’allégations selon lesquelles elle aurait utilisé son influence pour s’enrichir au détriment de l’État, des accusations qu’elle a toujours niées.

Publicité

Mardi, lors d’une interview à la station de radio angolaise Rádio Essencial, Mme Dos Santos a déclaré que « ces mensonges doivent cesser« . Elle a appelé le gouvernement et le procureur général de la république à assumer leurs responsabilités, qualifiant les accusations de gestion irresponsable du pays basée sur des mensonges fabriqués. Son avocat, Dan Morrison, a également affirmé que ces charges étaient le résultat d’une campagne politique orchestrée par le président João Lourenço. Sous la présidence de ce dernier, plusieurs membres de la famille de José Eduardo dos Santos ont été poursuivis, mais tous nient les accusations portées contre eux.

En 2020, des procureurs angolais ont déjà inculpé Mme Dos Santos de détournement de fonds et de blanchiment d’argent. En 2022, Interpol a émis un « avis rouge » demandant aux autorités policières mondiales de localiser et d’arrêter provisoirement la milliardaire. Bien que Mme Dos Santos n’ait pas été arrêtée, elle fait face à plusieurs gelées d’actifs à l’échelle mondiale.

Ces restrictions financières ont, selon elle, engendré des difficultés, l’empêchant de gérer ses comptes pour subvenir aux besoins de ses enfants et assurer ses dépenses quotidiennes. L’avocat de Mme Dos Santos a souligné qu’elle est actuellement impliquée dans des procédures judiciaires dans diverses juridictions pour laver son nom. Il a également suggéré que les autorités angolaises cherchent à l’intimider afin qu’elle ne puisse pas retourner en Angola et se présenter à des élections politiques.

Publicité

Bien que la milliardaire ait exprimé son désir de se présenter à la présidence de l’Angola lors d’interviews passées, la dernière inculpation, datée du 11 décembre selon l’agence de presse portugaise Lusa, reste entourée de secret judiciaire selon le bureau du procureur général angolais. Jadis estimée à 2 milliards de dollars, la fortune de Mme Dos Santos est actuellement contestée dans divers territoires, la privant de sa place dans le classement Forbes des personnes les plus riches du monde.

2 réponses

  1. Avatar de Le Taiser
    Le Taiser

    Tu dois être Jacques M.g.n pour être cruel

  2. Avatar de Jacques
    Jacques

    Une vraie femme d,affaire africaine, comme ses confrères masculins
    On pille le oays, puis on fait le malin
    À ce stade, les procès sont inutiles……une bzlle dans la tête, vola le bon remède
    Rapide, efficace, économique et très pedagogique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *