La Chine a cloné avec succès un singe

En Chine, une nouvelle percée en lien avec le clonage d’animaux a eu lieu. Une annonce qui pourrait faire peur, mais qui, in fine, permet de réelles avancées scientifiques puisque la “création” d’animaux pourrait permettre de tester de nouveaux médicaments avant leur éventuelle mise sur le marché.

Il y a environ 25 ans, avait lieu le clonage de la brebis Dolly ! Une prouesse technique et scientifique avancée, absolument exceptionnelle pour l’époque. Un quart de siècle plus tard, les chinois ont réussi à cloner non pas une brebis, mais un singe. Pour ce faire, ces derniers ont repris les bases de la technique initialement utilisée dans le cas de Dolly, pour ensuite la peaufiner.

Publicité

Rétro, singe cloné, fête ses 2 ans

C’est ainsi que le clonage de Rétro, un macaque désormais âgé de 2 ans, a été rendu possible. Cette annonce ouvre la voie de nouvelles percées médicales. Il aura fallu énormément de temps pour parvenir ce résultat. Car depuis 1996, les scientifiques ont réussi à cloner une vingtaine de mammifères, dont des chiens, des chats ou encore des porcs ou même des bovins. Ce n’est qu’un peu plus tard, en 2018, que les tous premiers singes ont été clonés.

Depuis, le taux de réussite était très faible, puisque moins de 2% des macaques clonés ont survécu à la naissance. La raison ? Les placentas qui étaient utilisés pour fournir les nutriments nécessaires au développement des embryons nouvellement clonés présentaient des différences anormales avec les placentas issus de la fécondation in vitro de singes qui n’ont pas été clonés.

La technique par SCNT reste difficile à maîtriser

En remplaçant les cellules concernées, le taux de réussite du clonage a augmenté, même si les chances de survie pour les singes clonés restent très faibles. Une preuve de plus que la méthode de clonage par SCNT (Somatic Cell Nucleus Transfer) reste complexe et difficile à maîtriser… D’autant qu’une fois maîtrisée, celle-ci pourrait éventuellement être utilisée à de mauvais escients, comme le clonage d’un humain, que l’immense majorité des scientifiques qualifie d’ores et déjà comme difficile et éthiquement inacceptable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *