Pétrole et gaz au Maghreb : ce pays discute avec Exxon Mobil pour des projets

Le Maghreb est une zone extrêmement riche en hydrocarbures. Le déclenchement du conflit russo-ukrainien a contraint de nombreux pays européens à enclencher des mécanismes pour dénicher de nouveaux contrats d’approvisionnement. Un pays comme l’Algérie s’est imposé comme une véritable alternative pour ces nations friandes d’hydrocarbures.

L’Algérie est une référence absolue en termes de production pétrolière et gazière. D’après des chiffres émanant de sources officielles, la production de pétrole de l’Algérie s’élève à près de 1 million de barils par jour. La production gazière quant à elle se chiffre à 106 milliards de mètres cubes par an. Vous l’aurez donc compris, la nation maghrébine est un véritable mastodonte sur le marché des hydrocarbures.

Publicité

Ce potentiel suscite de nombreuses convoitises. Ces derniers jours, la Sonatrach (compagnie algérienne du pétrole) a entamé des discussions avancées avec le géant américain Exxon Mobil afin d’enclencher des projets d’exploration de gaz et de pétrole. Mohamed Arkab, le ministre algérien de l’Énergie a déclaré que dans les jours à venir, un accord d’investissement sera signé entre Exxon Mobil et la Sonatrach. Exxon Mobil n’est plus à présenter.

Sur le marché boursier international, la société texane est l’une des entreprises les mieux cotées. En 2022, la compagnie dirigée par Darren Woods a réalisé un bénéfice record de 55,7 milliards de dollars. L’intérêt d’Exxon Mobil pour l’Algérie montre que la nation arabe évolue dans une autre dimension. La firme avait entamé des démarches dès 2019 pour se positionner en Algérie. Cependant, les soubresauts socio-politiques qui ont eu raison du régime du défunt Abdelaziz Bouteflika ont retardé l’arrivée du mastodonte américain.

Cette fois-ci, tout semble être mis en œuvre afin que Exxon Mobil puisse commencer ses activités dans le pays d’Afrique du Nord. Ce partenariat peut se révéler fructueux pour l’Algérie dans bien des secteurs, notamment celui du gaz de schiste. Voilà plusieurs années maintenant que le pays arabe cherche à mettre en valeur ce filon qui est apprécié sur le marché international. L’accord d’investissement va donner la possibilité à l’Algérie de s’ouvrir à de nouveaux marchés.

Publicité

Avec son expertise et sa technologie, Exxon Mobil va permettre à l’Algérie de prospecter d’importants gisements. Comme on l’a indiqué plus haut, le potentiel du pays est colossal. S’il est exploité à bon escient, alors il est fort à parier que l’Algérie va réaliser des prouesses. Nul doute qu’avec une politique ambitieuse, les premières autorités vont réorienter les revenus issus de la rente pétrogazière pour propulser l’économie nationale vers les sommets et créer une somme d’opportunités pour l’ensemble de la population.

13 réponses

  1. Avatar de Bougandoura Youcef
    Bougandoura Youcef

    Youcef Bougandoura
    L’avenir de l’Algérie est dans le photovoltaïque,vu la superficie de notre Sahara et d’ailleurs se sont les perspectives de l’énergie propre

  2. Avatar de Yazid
    Yazid

    Maroki

  3. Avatar de Abdel
    Abdel

    Il explorer l’offshore et non le gaz de schiste.

  4. Avatar de Mois
    Mois

    Il faut dégager les usa de l’Algérie
    il faut les digager de tout l’Afrique du nord
    Car ils apportent la division et desordre

  5. Avatar de Racwin
    Racwin

    Non, non et non
    Pourquoi ne pas se tourner vers le solaire photovoltaïque, plus rentable, plus propre et sans danger pour l’environnement.
    Mami Tebboune, à vous de jouer, nous comptons sur vous.

    1. Avatar de Racwin
      Racwin

      Ammi Tebboune

  6. Avatar de Chenaf
    Chenaf

    Les usa sont devenus des exportateurs de gaz de schiste récupérer des gisements du Nebraska

  7. Avatar de Youcef
    Youcef

    Exxon mobil cherche à exploiter le filon du gaz de schiste dont l Algérie détient les troisièmes réserves du monde après la Chine et l Argentine. Cela va provoquer une catastrophe inimaginable pour la nappe albienne qui renferme 50 milliards de m3 à cause des dégâts irréparables de la fracturation hydraulique. Cette option fera du sahara algérien une région inhabitable et lui fera perdre sa vraie ressource propre à savoir l eau. Tebboune doit impérativement refuser l exploitation du gaz de schiste et se tourner plutôt aux énergies renouvelables dont le solaire photovoltaique.

    1. Avatar de djedouanirebei@gmail.com
      djedouanirebei@gmail.com

      Toi tu n est pas du domaine alors arrêtes de dire des balivernes je pense fort probable que tu est un petit malin du royaume du haschich

      1. Avatar de Sombrero
        Sombrero

        Non, c’est l’opinion de beaucoup d’algeriens. Pas la peine de detruire notre environnement pour « quelques dollars de plus »

        1. Avatar de hamhoum
          hamhoum

          Absolument, les algeriens veulent se mettre au travail. La rente providentielle nous a fait plus de mal que de bien d’autant plus que le monde se tourne vers les énergies propres et renouvelables

    2. Avatar de Laid
      Laid

      On n’a jamais profité de ces 50 milliards de m3.Donc laissez les compétents travailler.

    3. Avatar de Benoudina Ahmed
      Benoudina Ahmed

      La nappe doit impérativement être préservée, nous avons amplement de ressources.
      Le gaz de schiste n’est pas une solution.
      Quant aux américains watch out !
      Nous avons un potentiel humain inestimable !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *