,

Retraite d’office des FDS au Bénin : Ce que pense le porte-parole du gouvernement

1074 agents des Forces de défense et de sécurité (FDS) dont 700 militaires, 315 Policiers républicains, 30 douaniers et 29 Forestiers ont été mis à la retraire d’office par le gouvernement béninois. Cette décision a été prise conformément à la loi 2020-19 du 3 juillet 2020 portant Statut spécial des personnels des forces armées du Bénin.

Ces fonctionnaires ne partiront pas les bras ballants. Ils bénéficieront en effet d’allocations prévues dans le décret N°2024 – 008 du 9 janvier 2024 portant modalités d’octroi d’allocation de mise à la retraite aux fonctionnaires des Forces de défense et de sécurité assimilés. Cette mise à la retraite « anticipée » de ces agents des FDS suscite assez de réactions au sein de l’opinion publique depuis quelques jours. Pour certains citoyens, c’est une mesure punitive. Mais pour d’autres, cette mise à la retraite d’office des Forces de défense et de sécurité vise notamment certains hauts gradés de l’armée. « Ce n’est pas une punition », a déclaré Wilfried Léandre Houngbédji, secrétaire général adjoint et porte-parole du gouvernement lors d’un point de presse qu’il a animé ce mercredi 24 janvier 2024 en marge du compte rendu du conseil des ministres.

Publicité

Selon lui, c’est une pratique courante sous d’autres cieux. Cette mesure, censée être connue des agents mis à la retraite ‘’forcée’’ dès leur entrée en fonction, Wilfried Léandre Houngbédji la juge légale et elle ne cible aucun haut gradé de l’armée contrairement à ce que pense la population. Ce fut également l’occasion pour le porte-parole du gouvernement de rassurer les 1074 agents des FDS mis à la retraite qu’ils n’ont pas à s’affoler. Et pour cause, ils pourront toucher leur pension de retraite dès le premier mois après leur admission à la retraite.

Il faut rappeler que le décret N°2024 – 008 du 9 janvier 2024 portant modalités d’octroi d’allocation de mise à la retraite aux fonctionnaires des Forces de défense et de sécurité assimilé comporte quatre (04) articles. Le premier article stipule que « La pension de retraite est calculée avec prise en compte des avancements automatiques d’échelons jusqu’à la date de retraite normale en considération du grade acquis à la date de mise à la retraite d’office ». L’article 2 précise quant à lui que les modalités d’octroi de l’allocation de mise à la retraire d’office sont fixées comme suit : Durant l’année 1 de sa mise à la retraite d’office : Outre la pension de retraite à laquelle il a droit immédiatement, tout fonctionnaire mis à la retraite d’office bénéficie d’une allocation mensuelle correspondant à la différence mensuelle entre son salaire à la date de sa mise à la retraite d’office hors primes et indemnités de responsabilité et le montant de sa pension.

Cette allocation est versée mensuellement jusqu’au 31 décembre de l’année 1 de sa mise à la retraite d’office. – Allocation complémentaire après la fin de l’année 1 de mise à la retraite d’office : – tout fonctionnaire dont la date de retraite normale est située dans l’année 2 suivant l’année 1 de sa mise à la retraite d’office, bénéficie d’une allocation complémentaire correspondant au total des différences mensuelles telles que définies ci-dessus, calculé sur le nombre de mois de l’année 2 antérieurs à la date de sa retraite normale ; tout fonctionnaire dont la date de retraite normale est postérieure à l’année 2, bénéficie d’une allocation complémentaire correspondant à la totalité des différences mensuelles de l’année 2 et à la moitié de la totalité des différences mensuelles de la période s’étendant au-delà de l’année 2 jusqu’à la date de sa retraite normale. L’allocation complémentaire est versée en une fois à la fin de l’année 1. Pour l’application des dispositions du présent article, tout mois est considéré comme un mois entier quel que soit la date considérée du mois.

7 réponses

  1. Avatar de EYONNOUMI
    EYONNOUMI

    C’est maintenant que je comprends ce qui est arrivé à Compaoré et djameh

  2. Avatar de Napoléon
    Napoléon

    Plus d’un millier de forces de défenses et de sécurité envoyées à la retraite forcée. Dans un État qui fonctionne bien, les forces de sécurité sont les derniers à qui l’on touche en temps de morosité économique. S’y ajoutent les fonctionnaires et autres travailleurs de l’État que le gouvernement a mis à la disposition des entités semi-publiques dont l’État ne veut plus supporter les salaires (comme annoncé la semaine dernière). C’est une indication sérieuse que le régime a bien du mal à joindre en ces temps-ci les deux bouts, même si l’on ne veut pas se la vouer.

  3. Avatar de Napoléon
    Napoléon

    C’est la conséquence du comportement de talon, qui sans penser à l’intérêt général a cautionné cet excès de va-t’en guerre avec le Niger. Ce qui a donné un coup de Massu à l’économie nationale et qui dure encore. Plus d’activités signifiantes au port autonome de Cotonou. Toutes les importations et exportations provenant du Niger, du Mali et du Burkina sont désormais orientées vers le port voisin de Lomé. Les recettes se font rares maintenant chez nous. Le fameux « Bénin-Contrôle » (cette entreprise de talon) n’a plus rien à mettre sous les dents. Les cotons cultivateurs du septentrion ont tourné dos au coton et préfèrent le soya qui leur rapporte mieux. Si ce n’est pas là une gestion calamiteuse du pays.
    Une fin horrible s’annonce pour ce régime dit de rupture. C’est déjà manifeste que la fin de talon s’approche et se déroulera dans une atmosphère de deuils et de désastres. Qui l’eut cru ?

    1. Avatar de Florent
      Florent

      Vraiment

  4. Avatar de Joeleplombier
    Joeleplombier

    C’est le caractère brutal de la décision qui pose un véritable problème.
    Si ce n’est pas une punition ; ça y ressemble. Je pense pour ma part que c’est inopportun puisque les élections générales auront lieu dans moins de deux ans et qu’il faille attendre pour mettre s’il y a lieu en œuvre cette mesure.
    Le calendrier me pose un sérieux problème d’autant plus que notre pays est en proie constamment à des attaques des bandits criminels armés venus d’ailleurs qui violent notre espace de souveraineté.
    Nous avons besoin encore de ce beau monde pour la sécurité et la sûreté nationale.
    Je ne suis pas un expert dans le domaine mais en toute modestie ; c’est ce que je crois .
    Le Plombier universitaire

  5. Avatar de Aziz le sultan
    Aziz le sultan

    Il faut dégraisser le mammouth
    Voyez vous..la décision..I di ote..I’m beciles de fermer la frontière du Niger.. entraîne.. pertes énormes..de blé
    On a plus de sous….
    De là que des huissiers viennent nous saisir..il y a un pas

    1. Avatar de Paul Bismouth
      Paul Bismouth

      Nougrenouille ; va là-bas. Il y a t-il un rapport entre tes idioties et le contenu de l’article ??
      Tu la boucles. Vraiment !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *