,

Révision de la constitution au Bénin: Me Alao pose des conditions

Le sujet relatif à une nouvelle révision de la loi fondamentale du Bénin continue de susciter des réactions au sein de l’opinion publique béninoise. En effet, à la faveur d’une interview qu’il a accordée à la télévision en ligne « E News », le président de Gerdess-Afrique, Sadikou Alao s’est également prononcé sur cette actualité. L’homme de droit qui s’est voulu centriste sur ce coup, donne les conditions dans lesquelles il pourrait être favorable à cette réforme constitutionnelle.

L’avis de Me Sadikou Alao sur le débat en cours sur la révision de la loi fondamentale du Bénin n’est pas tranché. Pour le président de Gerdess-Afrique, il est possible de réviser la constitution dans sa forme actuelle. Il pose tout de même les conditions qui, selon lui, peuvent aller en faveur de cette relecture de la constitution béninoise. Il estime qu’il est possible qu’un régime puisse vouloir corriger le tir en révisant la constitution. L’avocat a rappelé que la dernière expérience n’a généré que des « pleurs en raison des exclusions, des emprisonnements et des exils ».  Pour lui, ce serait juste une occasion pour ce régime de réhabiliter la démocratie du Bénin. 

Publicité

Il affirme que si cette relecture de la loi fondamentale s’inscrit dans la dynamique de réhabiliter la démocratie béninoise, son avis serait favorable. « On ne peut pas à cause du passé récent qu’on regrette, refuser toute réforme ou toute révision constitutionnelle. On ne le peut non plus, par fétichisme ou par principe », a-t-il martelé au cours de cette sortie médiatique. Dans son développement, il soutient que dans ce cas, la réforme ne devrait pas se passer en catimini mais, devrait plutôt impliquer toute personne capable d’apporter sa pierre à l’édifice. « Il y a quelques années, on voulait un dialogue national. On ne l’a pas eu. Si aujourd’hui, d’une manière ou d’une autre, c’est vers là que nous nous dirigeons, moi je serai partant », a-t-il clairement déclaré. Il sous-entend ainsi que les exilés politiques doivent rentrer pour participer au débat et qu’un pardon soit également accordé aux prisonniers politiques.

Rappelons qu’avant lui, plusieurs personnes s’étaient prononcées sur cette actualité. Il s’agit par exemple de l’ancien président de la Cour constitutionnelle du Bénin, Pr Théodore Holo. « Une révision constitutionnelle peut intervenir. Une constitution peut toujours être révisée en tenant compte des aspirations du peuple. Il faut respecter les conditions de forme et les conditions de fond. La constitution doit être un élément de consensus qui permet notre vivre ensemble, en harmonie, pour la paix », avait-il déclaré il y a quelques jours sur Eden Tv. Il n’a pas manqué de poser quelques conditions et des aspects à ne pas toucher. « Ce serait une grave erreur de mon point de vue de remettre en cause la limitation des mandats si on veut préserver la paix et la stabilité du pays. C’est dans la paix que la démocratie peut permettre le développement de notre pays », a-t-il prévenu.

8 réponses

  1. Avatar de OLLA OUMAR
    OLLA OUMAR

    Alao ne viens pas distraire les gens ici , les holo , Robert dossou , ont parlé, va dans leurs sens , et retiens que que talon est un boulanger qui cherche toujours à enfariner tout le monde à son profit

    1. Avatar de Gbadémin nin
      Gbadémin nin

      Olla Zoumarou, ogba trova? Ga kémin min lé Lokossa, odjéssi Me Alao gnouindé….Kabli kpin kpin du Lycée Technique de Cotonou
      ……………….rires

      1. Avatar de OLLA OUMAR
        OLLA OUMAR

        Gbademin je t’aime 😘😘
        Hanvi gbimin vert 😂

  2. Avatar de Sonagnon
    Sonagnon

    Il n’y a aucune condition à poser. Cet homme n’a aucune parole, il n’y a rien à discuter.

    Vous lui donnez la moindre occasion, vous allez regretter !!!

    Que la consultation reste telle, après les élections on verra.

    1. Avatar de Me AHOMAGA Denis
      Me AHOMAGA Denis

      Pourquoi parles tu de Me Alao comme cela? Moi je suis ami avec lui depuis Abidjan. Je puis te dire qu’il ne se laisse pas faire. Il pourra t’en montrer un peu….

  3. Avatar de Joeleplombier
    Joeleplombier

    Ce n’est pas en projet ni l’intention du gouvernement de proposer par vote aux députés ou par référendum une quelconque révision de la constitution.
    On s’efforce juste de corriger les incohérences de la loi électorale pour plus de clarté. C’est tout.
    L’amalgame consistant à lier l’acception d’une révision par l’organisation d’un dialogue national, le pardon en graciant ou amnistiant les prisonniers politiques et nos frères et sœurs en exil relève d’un chantage politicien qui ne dit pas son nom. Ce n’est pas le même sujet et ça n’a aucun rapport.
    Pour ma part ; une révision de la constitution à deux ans des prochaines élections générales n’est point souhaitable pour préserver la paix dans ce pays.
    Pour le professeur Joel Aivo et Reckya Madougou ; le pardon n’est pas loin . Le pardon parfois étant une faute ou une erreur était une affirmation du président sous l’effet de l’émotion.
    Cultivons la tolérance et la paix en évitant de suggérer des conditions au président.
    Je passais
    Le Plombier universitaire

    1. Avatar de Dr Doss
      Dr Doss

      Mais vous joeleplombier encore une énième fois soyez objectif et non subjectif !!! Dixit Dr Doss

  4. Avatar de Dr Doss
    Dr Doss

    Il n’y a point de condition à poser, la seule et unique condition en ce moment c’est non et non.

    Avec le prédateur qui est devenue depuis 2016 une malédiction pour notre cité le Bénin voyez l’affaire notez moi très très bien ça dixit Dr Doss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *