,

Terrorisme: les députés dotent le Bénin d’un cadre législatif approprié

Les députés ont adopté, après examen, ce vendredi 12 janvier 2024, le projet de loi relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme et la prolifération des armes de destruction massive. C’était au Palais des Gouverneurs à Porto-Novo, sous la présidence de Louis Gbèhounou Vlavonou. Avec le vote de cette loi, le Bénin dispose désormais du cadre législatif adéquat pour lutter contre ces fléaux.

Les parlementaires de la 9ème législature ont adopté le vendredi 12 janvier 2024 dernier, la loi n° 2024-01 portant loi uniforme relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme et la prolifération des armes de destruction massive. Cette loi qui comporte 207 articles regroupés en six titres selon le rapport de la Commission des relations extérieures, de la coopération au développement, de la défense et de la sécurité, a reçu un vote à l’unanimité des députés présents et représentés.

Publicité

Les principales innovations de cette loi votée se rapportent essentiellement à l’extension du champ d’application de la loi uniforme et de son intitulé, à la lutte contre le financement des armes de destruction massive ; à la mise en conformité des personnes assujetties aux catégories prévues par le groupe d’action financière, aux éléments constitutifs du financement du terrorisme et de la prolifération des armes de destruction massive. Ces innovations sont également relatives à l’instauration d’un dispositif d’évaluation régionale des risques.

Une loi pour corriger des insuffisances

Le vote de cette loi intervient en effet pour corriger certaines insuffisances. En 2018, l’État béninois a adopté la loi n°2018-17 du 25 juillet 2018 relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, modifiée plus tard par la loi n°2020-25 du 02 septembre 2020. Cette dernière qui est une mise en conformité de la directive n°02/2015/Cm/Uemoa du 02 juillet 2015 relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme dans les États membres de l’Uemoa et de la décision n°20/2015/Cm/Uemoa du 02 juillet 2015, portant adoption du projet de loi uniforme relative à la lutte contre le blanchissement de capitaux et le financement du terrorisme dans les États membres de l’organisation sous régionale, Cependant, lors de l’évaluation des différentes mesures, le groupe d’aide financière a relevé certaines failles qui ode ce fait, ont rendu caduc le dispositif juridique béninois en ces matières.

Il s’agit notamment de l’insuffisance des mesures de supervision fondées sur les risques, de l’absence d’un cadre efficace de coopération internationale pour le partage d’informations entre administrations compétentes, de l’application insuffisante des mesures préventives requises de la part des institutions financières non bancaires et des entreprises et professions non financières désignées. Il s’agit également de l’absence de conduite systématique d’enquêtes parallèles ; de l’inefficacité des dispositifs de gel au titre des sanctions financières ciblées ainsi que la saisie et la confiscation des avoirs criminels. Suite à cette évaluation, le groupe a fait des recommandations qui définissent désormais un cadre quasi complet et cohérent de mesures devant être mises en œuvre par le pays. Le vote de la présente loi répond donc à la mise en œuvre desdites recommandations.

Publicité

Après ce pas, il faut dire que quelques préoccupations demeurent. Elles se réfèrent principalement au défaut d’outils juridiques à même d’encadrer efficacement le blanchiment de capitaux mais aussi à la prise en compte ou non des dispositions de la loi par le code pénal béninois et à la nécessité d’associer toutes les forces vives de la nation dans la politique sécuritaire. Il s’avère désormais nécessaire de renforcer le contrôle du blanchiment de capitaux au niveau interne, notamment en ce qui concerne les fonctionnaires et de renforcer le contrôle des fonds en provenance de certains États soupçonnés de financer le terrorisme.

3 réponses

  1. Avatar de Aziz le sultan
    Aziz le sultan

    Praticien du droit..de château rouge..boulevard.. Strasbourg St Denis..et de Pigalle..et des bois de Vincennes
    Suivez mon regard..de peulh

    1. Avatar de Robert Thalinod
      Robert Thalinod

      J’ai trouvé, c’est Aziz le sultan.
      Il est très impliqué dans le trafic de drogue dans le désert » donc: il sera chopé sous peu à Pigalle

  2. Avatar de Joeleplombier
    Joeleplombier

    À la lecture de ce qui précède ; notre assemblée a besoin de l’expertise des professionnels et pratiquants du droit pour assister et conseiller la commission des lois afin d’éviter dorénavant des insuffisances dans l’accouchement des propositions de loi votées. Je persiste et signe que les partis politiques dans le choix des hommes proposés sur les listes à la députation ; doivent tenir compte de l’aspect de qualifications dans tels ou tels domaines. Que d’éviter de mettre à la tête de certaines commissions des hommes par affinités ou par le fait du prince qui n’ont pas le niveau requis.
    N’est pas président de la commission et membre de la commission des lois qui veut à l’assemblée nationale Française.
    Je passais
    Le Plombier universitaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *