,

Vodun Days au Bénin : le regard de l’église catholique de Ouidah

Du 9 au 10 janvier 2024, la ville de Ouidah a vibré au rythme des Vodun Days. L’objectif de cette initiative, qui est à sa première édition, est de célébrer les arts, la culture et la spiritualité vodun et de mettre en valeur le riche patrimoine Vodun du Bénin. Cet événement à la fois touristique, culturel et cultuel s’est déroulé dans une ville où cohabitent diverses sensibilités religieuses.

Les Vodun days, l’église catholique les a vécus « avec sérénité et foi, sans discrimination, ni vexation, et ceci dans le sillage de de la déclaration de l’Eglise sur les religions non-chrétiennes, Nostra aetate du Vatican II, qui est un appel à la fraternité universelle, qui exclut toute discrimination », confie le père Herman Juste Nadohou-Awanou, curé de la paroisse Sacré-Cœur de Ouidah au journal « Bénin Intelligent ».

Publicité

L’enseignant d’anthropologie des religions à l’université de Parakou a fait remarquer que les vrais spirituels ne s’affrontent pas, ils vivent une certaine sérénité, ils dégagent une certaine paix. Fort de cela, il appelle à considérer toute religion comme canal de spiritualité et travailler à ce que les fidèles des religions soient plus spirituels. Quant au dialogue interreligieux dans la ville de Ouidah, l’homme de Dieu a déclaré qu’il est au beau fixe et « se passe sans couacs, ni adversité, mais dans le respect mutuel. Et il existe plusieurs cadres de dialogue », fait savoir le père Herman Juste Nadohou-Awanou.

Toutefois, le Maître-Assistant des universités du CAMES en philosophie a précisé que le dialogue interreligieux avec les dignitaires du culte endogène n’est pas toujours chose aisée, contrairement à celui avec les églises évangéliques et les mosquées. Sur ce plan, « des missionnaires étrangers nous ont devancés », affirme le père Herman Juste Nadohou-Awanou en citant Mgr François Steinmetz qui était très ami aux dignitaires du culte endogène. « C’est lui qui a sollicité les adeptes de temple de Python pour l’aider à construire sa basilique à Ouidah, dans le ramassage du sable et du gravier », témoigne-t-il.

Pour répondre à certaines incriminations, le curé de la paroisse Sacré-Cœur de Ouidah a clarifié que contrairement aux premiers missionnaires, l’église aujourd’hui ne tient pas un discours péjoratif sur le vodun et ne saurait en tenir. « Ne recyclons pas les discours du passé sous prétexte que nous dénonçons des discours péjoratifs, mais proposons des choses nouvelles dans des discours mélioratifs pour avancer », a-t-il nuancé.

Publicité

Pour lui, les ‘’Vodounons’’croient en Dieu, puisque Dieu est présent au cœur du panthéon vodun et surtout situé au sommet des divinités. « (…) Mais nous serons plutôt très exigeants vis-à-vis d’eux pour leur bien et pour qu’ils ne restent pas à la traîne. Qu’ils aient des couvents sérieux d’initiations reconnues et non des gens qui profitent de l’influence vodun pour escroquer », préconise le curé de la paroisse Sacré-Cœur de Ouidah.

Pour les chrétiens qui estiment que les Vodun days semblent être une réponse aux progrès de l’évangélisation, de conversion, le Père Hermann Juste Nadohou-Awanou pense que c’est de l’amalgame. A l’entendre, les Vodun days sont « une initiative heureuse à part entière et entièrement à part, en ceci qu’un contenu nouveau est donné, qui, pérennisé, deviendra tradition pour les cultes endogènes ».

« On pourra avoir des textes écrits et quitter le registre de l’oralité et de l’approximation. Et l’on comprend dès lors que le vodun n’est pas que spiritualité, mais aussi arts, culture, tourisme. En matière d’arts, de la culture, du tourisme et de vente de la destination Bénin qui ne s’arrête pas qu’à Ouidah, l’initiative est belle et digne d’être saluée », a-t-il ajouté avant de souligner que cette initiative doit être plus inclusive et ouverte à toutes les autres sensibilités religieuses.

3 réponses

  1. Avatar de Affivi
    Affivi

    Heureusement que l’hypocrisie ne tue pas ! C’est la même église catholique qui en 1885 approuvait et encourageait la canaille européenne à aller occuper par la force militaire les terres africaines habitées par des êtres sans âme selon elle. Elle ferait mieux de la fermer ! Ce serait digne !

  2. Avatar de Agbanguélou Tcholi
    Agbanguélou Tcholi

    Dr Doss, nus te demandons de cesser d’aller chanter dans la chorale de Gbagoudo le dimanche à 6 h du matin, alors que la veille, tu as dormi devant le tolègba du marché de Houndjroto à Abomey….arrête arrête

    1. Avatar de Agbanguélou Tcholi
      Agbanguélou Tcholi

      « nous »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *