A quoi peut-on s’attendre après le bonus que s’offre  Macky Sall ? 

Pour une toute première fois dans l’histoire du Sénégal, la date de la tenue des élections a été changée ou reportée. Ce fait plutôt inédit qui défraie la chronique depuis quelques jours vient faire une mauvaise publicité à cette démocratie jusqu’ici exemplaire en Afrique de l’Ouest. Dans un contexte de tension dans le pays et déjà dans la sous-région, Macky Sall pourra-t-il tenir longtemps ? Le coup porté à la démocratie sénégalaise est-il consommé ? 

En 2012, Macky Sall a remporté l’élection avec 65,80% des voix contre 34,20% pour le chef de l’Etat sortant Abdoulaye Wade. Il avait été présenté comme le sauveur alors que son prédécesseur avait affiché ses envies de rester au pouvoir. Grâce à la lutte populaire, l’alternance démocratique avait été respectée au Sénégal à cette période. A la faveur d’une interview qu’il a accordée à Rfi le 27 mars 2012, Ibrahima Thioub, professeur d’histoire à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar s’était réjoui de l’issue de la lutte qui a permis le départ d’Abdoulaye Wade et l’arrivée de Macky Sall.

Publicité

« Oui, une nouvelle alternance acquise dans la douleur, mais acquise quand même. Ça a été un combat épique, mais le pauvre Sénégalais a démontré, encore une fois, que ceux qui disaient que Wade était la seule constante, que l’unique constante reste le peuple sénégalais et que tous les autres qui se prétendent des constantes ne sont que des variables. On l’a démontré avec beaucoup de vigueur », avait lancé l’universitaire au cours de son interview. 

Le peuple sénégalais continue-t-il de rester l’unique constante dans ce contexte ? Bien malin qui pourra répondre et surtout prédire ce qui pourrait se produire au cours des prochaines semaines ou mois au Sénégal. La force a tout de même commencé par dicter sa loi. Et le constat s’est fait au Parlement avec la présence d’une horde de gendarmes à l’hémicycle lors du vote de la législation qui permet au président de demeurer au pouvoir malgré la fin de son mandat.

Par la force, les députés de l’opposition ont été poussés hors du Parlement par les gendarmes. Les images qui ont circulé malgré la coupure de la connexion internet renseignent sur les conditions dans lesquelles cette loi a été adoptée. Si déjà la force dicte sa loi au Parlement, elle pourrait poursuivre son œuvre avec une vague d’arrestations de tous ceux et toutes celles qui s’érigeront contre le bonus que s’offre l’homme fort de Dakar. Dans les rangs de l’opposition, certaines personnes pourraient être ciblées pour éviter les manifestations monstres auxquelles le Sénégal a habitué le monde. 

Publicité

 Le président sénégalais risque également de se retrouver bientôt seul face à la pression populaire. En effet, des défections massives pourraient être enregistrées dans son entourage suite à cette situation très peu ordinaire dans la vie politique sénégalaise. Le tout premier sera certainement son Premier ministre Amadou Ba qui est contre cette formule choisie par le camp présidentiel. La relation entre les deux hommes se serait dégradée au cours de ces derniers jours.

Tout ceci vient ternir l’image de ce Sénégal connu pour sa démocratie exemplaire depuis plusieurs décennies. Même si théoriquement, Macky Sall a refusé un 3ème mandat, ce bonus intervient comme une confirmation de tout ce que lui reprochent ses détracteurs depuis plusieurs mois. L’opposant Ousmane Sonko a toujours accusé le président sénégalais de nourrir ce projet de rester au pouvoir au-delà des deux mandats reconnus par la Constitution sénégalaise. 

3 réponses

  1. Avatar de Tchité
    Tchité

    On peut s’attendre à son arrestation. Il est gaillardement insouciant parce que l’armée française est sur place et pour, soit le protéger, soit l’exfiltrer comme ce fut le cas pour B. Compaoré.
    Ces gens-là , c’est la même stratégie qu’ils utilisent depuis toujours.

  2. Avatar de Aziz le sultan
    Aziz le sultan

    Je me sens un peu Sénégalais.. quelques part…
    C est un peuple combatif…
    Que peut le peuple contre la machine de répression

    1. Avatar de Aziz le sultan
      Aziz le sultan

      Mais..ce qu il faut aux Sénégalais…et aux autres peuples d Afrique…c est..une liquid ation phys ique publique..sur les réseaux sociaux
      Un électrochoc.. quoi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *