Afrique du Nord: ce pays arabe veut investir un montant astronomique dans un projet

Un accord de grande envergure entre les Émirats arabes unis (EAU) et l’Égypte pourrait bientôt voir le jour, marquant un tournant potentiel pour l’économie égyptienne qui traverse actuellement une crise des changes grave. Les discussions avancées entre les deux parties portent sur l’acquisition et le développement d’un vaste terrain sur la côte méditerranéenne égyptienne, un projet estimé à 22 milliards de dollars.

Le site en question, Ras el-Hekma, situé à environ 350 km au nord-ouest du Caire, a été sélectionné pour être développé par un consortium émirati en collaboration avec des partenaires égyptiens. Ces informations ont été confirmées par Hossam Heiba, directeur général de l’Autorité générale pour l’investissement et les zones franches, lors d’une déclaration à CNBC Arabia. Cependant, les détails précis de l’accord et les sociétés impliquées n’ont pas été divulgués à ce stade.

Publicité

Le projet, qui s’annonce comme l’un des plus importants de la région, pourrait renforcer les liens entre l’Égypte et les Émirats arabes unis, ces derniers étant déjà un soutien essentiel au président égyptien Abdel-Fattah el-Sisi. L’émirat d’Abou Dhabi, particulièrement impliqué dans cette initiative, participe à la dynamique économique égyptienne en offrant un soutien financier substantiel à travers des investissements et d’autres formes d’aide.

Des sources anonymes, citées par Bloomberg, révèlent que l’Égypte pourrait maintenir la propriété d’environ 20 pour cent de ce terrain colossal, qui s’étend sur 180 millions de mètres carrés. La participation minoritaire inclurait des acteurs tels que le groupe Talaat Moustafa, un promoteur immobilier, ainsi que certaines entités publiques égyptiennes. Toutefois, aucune décision définitive n’a été prise à ce sujet.

Cette initiative arrive à un moment crucial pour l’Égypte, qui fait face à sa pire crise de change depuis des décennies, avec plusieurs dévaluations monétaires subies au cours des dernières années. Actuellement, le pays envisage une nouvelle dévaluation, la quatrième depuis le début de l’année 2022. Dans ce contexte économique difficile, ce projet d’envergure pourrait apporter un soulagement financier significatif.

Publicité

Par ailleurs, le gouvernement égyptien a laissé entendre jeudi dernier qu’il annoncerait de nouveaux projets visant à générer d’importantes quantités de devises étrangères et à créer des centaines de milliers d’emplois. Ces projets semblent être en lien avec le développement prévu le long de la côte méditerranéenne, comprenant la construction de complexes hôteliers de luxe haut de gamme.

L’aspect financier de ce projet majeur pourrait également avoir un impact positif sur les négociations entre l’Égypte et le Fonds monétaire international (FMI) concernant un prêt majeur. Une injection de devises étrangères, provenant de cet accord avec les Émirats arabes unis, pourrait attirer d’autres partenaires et garantir un financement considérable d’environ 10 milliards de dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *