,

Bénin : Les FDS mis à la retraite recevront leurs allocations et pensions dès le 1er mars

Plus de 1000 agents des Forces de défense et de sécurité (Fds) sont mis à la retraite d’office par le décret 2024-008 du 09 janvier 2024. C’est conformément à la loi 2020-19 du 03 juillet 2020 portant statut spécial des Forces armées béninoises (Fab). Le décret pris par le Chef de l’Etat fixe les modalités d’octroi d’allocation de mise à la retraite ‘’anticipée’’ aux agents concernés.

Dans ce décret, le gouvernement a accordé des avantages exceptionnels. « Quand on va à la retraite, on ne bénéficie que d’une pension de retraite. Mais en dehors de cette pension de retraite, le gouvernement a octroyé une pension exceptionnelle à tel enseigne que la pension plus l’allocation donne le salaire de base des intéressés, c’est-à-dire leurs salaires sans les avantages », a expliqué Christian Ahotondji Gbaguidi, directeur des pensions et des rentes lors d’une récente sortie médiatique.

Publicité

« Déjà le 1er mars, ces agents auront leurs allocations plus leurs pensions de retraite pour la première année mais à partir de la deuxième année, ils pourront bénéficier d’une allocation unique calculée sur la base du temps restant pour la retraite normale », a annoncé le directeur des pensions et des rentes. Selon lui, cette mesure exceptionnelle est une grande première au Bénin. « On a jamais vu cela. Pour ceux qui sont allés (à la retraite, ndlr) avant eux doivent comprendre que quand on va à la retraite, on a droit qu’à une pension de retraite », indique-t-il. Le directeur Christian Ahotondji Gbaguidi a fait savoir qu’un travail collaboratif se fait entre sa structure et la direction de l’organisation du personnel des armées pour conduire ce dossier qui fait actuellement grand bruit.

« On a formé une équipe mixte pour travailler 24h sur 24 pour pouvoir liquider la pension et les allocations prévues dans le cadre de ce décret », a-t-il confié. Le directeur des pensions et des rentes a, par la même occasion, rassuré les intéressés et l’opinion publique qu’il n’y aura pas de retard dans le traitement de ce dossier et que toutes les dispositions ont été prises par le gouvernement à cet effet. Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Alassane Seidou est lui-aussi revenu sur la décision relative à la mise à la retraite des agents des Forces de défense et de sécurité (FDS). Selon les déclarations de l’autorité ministérielle, il ne s’agit aucunement d’une mesure punitive ou d’une volonté de réduire les effectifs de la police contrairement à ce qui se susurre.

A en croire les explications d’Alassane Seidou, la mesure prise par le gouvernement ne découle pas d’une procédure disciplinaire. Elle vise simplement, selon lui, à corriger des irrégularités remarquées au sein des Forces de Défense et de Sécurité (FDS). Il indique notamment que certains agents ne sont plus aptes au travail et d’autres ne peuvent plus être insérés dans l’organigramme pour plusieurs raisons. « Aujourd’hui, parmi les agents de la police, nous en avons qui n’ont pas une capacité de rendement appréciable. Nous avons des agents qui ont occupé des postes responsabilités qui font qu’il est difficile de les remettre dans l’organigramme. Ils risquent d’être commandés par des personnes qu’ils avaient commandées par le passé », a expliqué le ministre de l’Intérieur.

Une réponse

  1. Avatar de Affivi
    Affivi

    Du vieux matériel belge des années 60 et 70 !
    L’Afrique doit monter une industrie de défense pour protéger ses intérêts. Dépenser des sommes astronomiques pour acquérir de la camelote n’est pas acceptable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *