Guerre: la Russie se relance et compense les pertes

En Ukraine, la guerre s’éternise. Les forces armées russes butent sur l’armée ukrainienne et n’arrivent pas à véritablement avancer. Aujourd’hui, c’est le statu quo. Ou presque. Car la Russie profite de cette situation pour reconstituer ses forces. L’idée ? Produire toujours plus, pour combler les lourdes pertes observées en 2022. Récemment, Moscou a par exemple confirmé l’arrivée de 24 avions-chasseurs. De quoi combler les pertes !

En effet, depuis quelques mois, l’industrie russe s’est fortement renforcée. Cela a même surpris les analystes. Une véritable économie de guerre s’est ainsi mise en route, dans le but de produire davantage, pour permettre aux soldats sur le front de disposer de matériel adapté. Que ce soit pour les véhicules blindés ou même pour le transport et les systèmes d’artillerie, les usines tournent à plein régime.

Publicité

Moscou compense ses pertes

Il en va de même pour deux autres secteurs :

  • les munitions, ou Moscou se trouverait dans une situation bien plus confortable que celle de Kiev,
  • les avions militaires, puisque Moscou a annoncé l’arrivée en 2023 de 24 nouveaux chasseurs, permettant ainsi de combler les pertes enregistrées sur le front.

Et ces chiffres pourraient être sous-estimés. En effet, les observateurs évoquent une fourchette allant de 22 à 28 appareils, voire peut-être plus. Un manque d’information voulu par Moscou qui a tout simplement décidé de ne plus ouvertement communiquer sur ses livraisons.

Ce qu’on sait en revanche, c’est que 2 annonces de livraisons effectuées concernaient des appareils Su-57, 5 concernaient le Su-35s tandis que 2 ont été effectuées au sujet du Su-30M. Cela tend à démontrer que, malgré les sanctions et les pertes terrain, l’industrie russe (soutenue par ses proches alliés, comme l’Iran ou la Chine) continue de se développer, de se moderniser et de se renforcer sur le terrain.

Publicité

L’Europe, prête à plus pour l’Ukraine ?

Une observation qui pourrait pousser l’Europe a accéléré le versement de l’aide promise aux Ukrainiens. En effet, alors que Moscou développer son arsenal, Bruxelles met du temps à valider sa façon d’accompagner Kiev et même si 50 milliards de dollars viennent d’être débloqués, les forces ukrainiennes ne cessent d’effectuer du lobby pour obtenir davantage de la part de ses alliés occidentaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires