Retrait de l’AES: la BCEAO dément toute révision des textes communautaires

Des rumeurs circulent dans certains médias depuis le lundi 5 février 2024, prétendant que la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) aurait pris la décision de modifier substantiellement les relations économiques, commerciales et financières avec le Mali, suite à la sortie des pays de l’Alliance des Etats du Sahel (AES) de la CEDEAO. Ces allégations, notamment concernant une prétendue révision des textes communautaires à l’encontre des États non membres de la CEDEAO, sont dénuées de tout fondement.

La BCEAO a démenti formellement toute allégation concernant une prétendue décision de modifier les textes communautaires contre les États non membres de la CEDEAO, comme l’ont rapporté certains médias dans un article paru le lundi 5 février 2024. Cette information, qui aurait été relayée par des sources non officielles, est qualifiée d’infondée par l’Institut d’émission.

Publicité

La BCEAO rappelle fermement qu’elle est l’Institut d’émission commun aux huit États membres de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA). Contrairement aux affirmations de l’article, la BCEAO n’a pris aucune initiative visant à modifier les relations économiques, commerciales et financières, ni à altérer les textes communautaires de la CEDEAO.

La Banque Centrale souligne que son engagement envers la stabilité économique et financière de la région demeure inchangé. Ainsi, aucune action susceptible d’impacter les relations avec le Mali ou tout autre État ne figure dans son agenda.

Face à la diffusion d’informations erronées, la BCEAO exhorte le public à se fier exclusivement aux canaux de communication officiels de l’Institut d’émission. Tous les communiqués, déclarations et positions de la BCEAO sont régulièrement publiés sur son site internet officiel (www.bceao.int).

2 réponses

  1. Avatar de EMMANUEL TOUWENDZODO
    EMMANUEL TOUWENDZODO

    Vive les états du Sahel

  2. Avatar de Tchité
    Tchité

    Ils ont tous chauds.

    Vivement l’AES et sa monnaie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *