Sénégal : les données mobiles suspendues après l’annonce de Macky Sall

Le samedi 03 février, le président sénégalais Macky Sall a signé un décret portant report de l’élection présidentielle. Le rendez-vous électoral était prévu pour se tenir le 25 février prochain. Cette décision n’a pas du tout été bien accueillie dans l’opinion publique locale. Ce dimanche, des manifestants sont descendus dans la rue pour exprimer leur désapprobation quant au report de la présidentielle.

Pour le moment, on ne connait pas la nouvelle date exacte de la présidentielle. Cependant, le projet de loi soumis par les autorités évoque un report de 6 mois. Ce lundi 5 février, le gouvernement sénégalais a pris la décision de suspendre temporairement les données mobiles. Les autorités ont sans doute en mémoire les évènements survenus il y a quelques mois autour de l’affaire Ousmane Sonko. Plusieurs sympathisants du leader de l’opposition s’étaient mobilisés à travers les réseaux sociaux pour plaider sa cause.

Publicité

Sonko faisait face à des démêlés avec la justice et il se plaignait d’être victime d’une cabale politique dont le seul but était de l’écarter de la course à la présidentielle. Des manifestations avaient alors été enregistrées dans plusieurs villes du Sénégal, provoquant des heurts avec les forces de l’ordre. Au cours de son allocution à la télévision nationale, Macky Sall a déclaré qu’une commission d’enquête parlementaire a été mise en place afin de vérifier l’intégrité de deux juges du Conseil constitutionnel.

Des voix au sein de l’opposition affirment que ces juges ne sont pas impartiaux et que cela peut avoir des répercussions sur le déroulement du processus électoral. Il y a aussi l’affaire de la candidate Rose Wardini, qui est accusée de parjure. Il semblerait que la femme politique possède la double nationalité. La Constitution sénégalaise ne permet pas à ceux qui ont la double nationalité de participer à une élection présidentielle. Ce motif a été retenu à l’endroit de Karim Wade. Des manifestants hostiles au projet veulent se mobiliser pour faire barrage au projet de loi qui va entériner le report de l’élection présidentielle. En décidant de suspendre temporairement les données mobiles, les autorités ne vont-elles pas créer plus de tensions ?

3 réponses

  1. Avatar de sonagnon
    sonagnon

    Macky Sall doit faire l’objet de la plus grande pression. Et doit s’exposer à des poursuites judicaires!!!!
    Le Sénégal est une République, ce n’est pas sa maison familiale où les sénégalais doivent subir ses humeurs.
    On ne peut corriger les erreurs et reprendre le processus électoral afin qu’un seul jour de plus ne s’ajoute à son mandat. C’est tout de même insultant pour nous africains ce qui se passe au Sénégal.
    Nous ne pouvons pas critiquer les militaires qui braquent les pouvoirs d’Etat comme on braque des banques et laisser quelqu’un qui a fini son mandat, tordre le coup à la légalité pour se maintenir au pouvoir.

    S’il a quelque chose à faire, il le fait dans le cadre de son mandat ou il démissionne.

    1. Avatar de Napoléon
      Napoléon

      Mais c’est ce qui se passe partout non ? Cela s’est passé en Guinée, en Côte d’Ivoire et voilà qui se répète au Sénégal. Pourtant ce sont les soi-disant États démocratiques de la CEDEAO qui ont infligé des sanctions contre les populations du Niger et veulent aller intervenir militairement contre le Niger pour rétablir la démocratie. La CEDEAO ne les sanctionne pas. Elle sanctionne seulement quand la France ordonne.
      Ce n’est pas là une raison de plus pour que cette intégration funeste de « deux poids deux mesures » aille mourir sa belle mort et que les États de l’Afrique de l’Ouest se recomposent autrement ?

  2. Avatar de Tchité
    Tchité

    Dictature 100%, et pas de France, pas de cedeao ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *