Ukraine: l’Allemagne refuse de faire comme la France

Alors que l’Europe se mobilise pour venir en aide à l’Ukraine qui se trouve dans de sérieuses difficultés, tous les pays ne semblent pas sur la même longueur d’onde. L’Allemagne, sous la conduite de son chancelier Olaf Scholz, a exprimé une position ferme concernant la non-livraison de missiles de longue portée Taurus à l’Ukraine, une décision qui marque une divergence notable avec l’approche adoptée par la France et le Royaume-Uni.

Scholz a souligné l’importance de la responsabilité dans la prise de décisions liées à l’armement, mettant en avant les implications potentielles d’une telle action sur l’escalade du conflit actuel.

Publicité

Dans ses déclarations, Scholz a mis en lumière les différences fondamentales entre les politiques de défense allemandes et celles d’autres nations européennes, notamment la France et le Royaume-Uni, qui ont choisi de fournir à l’Ukraine des missiles de type Storm Shadow/Scalp. L’Allemagne, préoccupée par les risques d’escalade, a choisi une voie plus prudente, refusant de livrer des armes qui pourraient atteindre le territoire russe et, par conséquent, aggraver la situation.

Ne pas impliquer l’Allemagne

Le chancelier allemand a également souligné le souci de ne pas impliquer directement l’armée allemande dans le conflit. La livraison de missiles Taurus, avec une portée excédant 500 kilomètres, pourrait, selon lui, mener à une implication involontaire de l’Allemagne dans les opérations militaires, une perspective que Berlin cherche à éviter à tout prix.

Cette décision soulève des questions sur la solidarité et l’unité au sein de l’OTAN et de l’Union Européenne face à la crise ukrainienne. Alors que certains membres optent pour un soutien militaire direct avec des armes plutôt offensives, l’Allemagne adopte une approche plus mesurée, mettant l’accent sur la prévention de l’escalade et la protection de ses propres intérêts de sécurité nationale.

La décision de Berlin reflète une approche prudente, fondée sur une évaluation approfondie des risques et des implications potentielles de l’envoi d’armes avancées dans la zone de conflit.

Publicité

5 réponses

  1. Avatar de Gauche
    Gauche

    Si c’est n’ai qu’aux âmes bien naître je dirais au président poutine de calciné la France 🇫🇷 entière

  2. Avatar de Ledoux
    Ledoux

    macron est encore dans les iddees adolescentes. Il n’est pas mur et ne peut aussi connaitre les dangers. Scholz sait tres bien, si les missiles allemands touchent la Russie, c’est probleme

  3. Avatar de Clément Locossaton
    Clément Locossaton

    C’est que les allemands ont de la mémoire. Ils connaissent le sens du sacrifice du valeureux peuple de Russie. Comme on dit : IL FAUT ATTENDRE SEULEMENT…

  4. Avatar de Affivi
    Affivi

    Quelle guerre majeure, la France a – t – elle déjà gagnée ? Juin 1940, l’armée française a capitulé au bout de 3 semaines de combat. Elle a été ensuite défaite en Indochine et Algérie notamment. Ce n’est que contre les peuples désarmés d’Afrique qu’elle joue « à la super puissance « . Qu’elle fasse sa maline contre la Russie, elle va le sentir dans l’os …

  5. Avatar de Che Guevara
    Che Guevara

    Le petit macron impulsif et accroché a la cuisse de sa gran-mere, n’arrive toujours pas lui a mesurer la gravite de ses propos ni actes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité