Afrique: ce pays du Maghreb veut être la place tournante de cette innovation

L’intelligence artificielle (IA) connaît une expansion fulgurante à l’échelle mondiale, marquée notamment par l’arrivée de technologies disruptives telles que ChatGPT. Cette révolution, intégrant des systèmes toujours plus sophistiqués capables de simuler le raisonnement humain, pousse les entreprises et les institutions à travers le globe à réévaluer leurs stratégies et à s’adapter rapidement aux nouvelles possibilités offertes. Dans ce contexte d’innovation effervescente, un pays du Maghreb se distingue par son ambition de devenir un hub continental pour l’IA: le Maroc.

Au cœur de cette ambition se trouve le Centre international d’intelligence artificielle du Maroc, AI Movement, lancé en 2021 et ancré à l’Université Mohammed-VI Polytechnique à Rabat. Ce centre, envisagé comme le « MIT marocain », symbolise la volonté du royaume de s’imposer comme leader en matière d’IA sur le continent africain. La preuve en est, le premier sommet africain dédié à cette révolution technologique y sera organisé, marquant une étape importante dans la reconnaissance du rôle pionnier du Maroc dans le domaine.

Publicité

Bien que les moyens financiers d’AI Movement ne soient pas comparables à ceux d’institutions telles que le MIT américain, le centre a su tripler son budget en 2023 grâce à une combinaison de contrats de recherche et de revenus issus de formations. Cette croissance budgétaire témoigne de l’engagement et de la dynamique autour de l’IA au Maroc, avec des projets innovants tels que l’application mobile convertissant des textes en fichiers audio en arabe, destinée à aider les femmes illettrées.

AI Movement ne se limite pas à la recherche théorique ; il s’engage dans des applications concrètes ayant un impact direct sur la société, comme l’optimisation de l’utilisation des drones pour des tâches civiles et militaires. De plus, le centre joue un rôle actif dans la valorisation du patrimoine et l’amélioration des services publics marocains grâce à des solutions basées sur l’IA.

L’ouverture du Maroc vers l’Afrique est également manifeste dans le soutien apporté par AI Movement à des projets innovants portés par des femmes d’autres pays du continent, soulignant l’engagement du centre en faveur de l’égalité des genres dans le domaine scientifique. Ces initiatives témoignent de la capacité de l’IA à répondre à des défis spécifiques tels que l’accès à l’eau potable ou la santé animale, offrant ainsi des solutions durables aux problématiques locales.

Dans un monde où l’IA redéfinit les contours de l’innovation et de l’interaction humaine, le Maroc se positionne comme un acteur clé en Afrique, illustrant parfaitement comment les nations peuvent s’adapter et prospérer dans cette nouvelle ère. Le sommet africain de l’IA à venir sera sans doute un moment décisif, non seulement pour le Maroc mais pour tout le continent, soulignant l’importance de développer une stratégie commune face aux défis et opportunités que l’IA représente pour l’avenir.

Publicité

Une réponse

  1. Avatar de Le Baikal
    Le Baikal

    Lorsque l’AI supplante l’intelligence humaine , c’est que cette dernière est purement t simplement oxydée. Le Maroc , où des individus s’abrutissent par les effets de la drogue , a ouvert ses portes aux israéliens et américains pour en faire de la population marocaine des cobayes.
    L’avenir de ce pays est bien sombre avec un régime monarchique plus douteux que jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité